Battlefield 3, retours sur la beta

Peut-être étiez-vous parti faire de la spéléologie ces dernières semaines, peut-être aviez-vous perdu votre connexion Internet pendant ce temps, peut-être étiez-vous dans le coma… Dans le cas contraire, vous avez obligatoirement entendu parler d’une certaine beta pour un certain Battlefield 3, jeu obscur plus ou moins attendu par une communauté plus ou moins impatiente. N’étant pas particulièrement fan de Battlefield mais restant curieux par nature, j’ai joué quelques heures à cette pré-version, et voici mon ressenti, suivant une dualité bien connue des réseaux sociaux d’aujourd’hui, celle du j’aime/j’aime pas.

J’ai aimé

  • Le nouveau moteur de DICE, pas transcendant graphiquement (cf. deuxième liste) mais correctement optimisé, même en cas d’enchevêtrement de véhicules, de fantassins et d’explosions. Sur ma configuration (C2Q9550, GTX560 Ti et 4 Go de RAM), je ne descendais presque jamais sous la barre des 40 FPS, en mettant presque toutes les options graphiques au maximum (y compris l’anti-aliasing).
  • Le HUD : alors que les menus et la présentation générale de Bad Company 2 étaient moyens, voire moisis, l’interface de Battlefield 3 est agréable à l’œil, très claire et ergonomique grâce à des menus bien pensés. Agréablement surpris, donc.
  • La bande sonore, qui fait son office, rendant très immersive l’expérience de jeu.
  • Les mouvements, qu’il soient perçus de l’extérieur ou en vue subjective. Un point supplémentaire pour l’immersion.

Je n’ai pas aimé

  • La même chose que dans Bad Company 2 : cette impression de contrôler un militaire pataud, imprécis, qui joue avec des armes en plastique dont les projectiles atteignent leur cible avec un temps de latence. En un mot comme en cent : « ça touche pas ». Je suis loin d’être un fanatique de Call of Duty (je me suis arrêté à World at War) mais au moins dans ce dernier, j’ai l’impression de maîtriser mon personnage, de tirer de véritables balles bien létales et de me déplacer avec précision. Je sais, Battlefield est difficilement comparable à Call of Duty en ce que les maps sont beaucoup plus grandes, souvent véhiculées et peuvent accueillir jusqu’à 64 joueurs. Peut-être, mais je préfère jouer avec précision sur une petite map que marcher sur des œufs sur une énorme map.
  • Battelog n’est pas en soi une mauvaise idée. Il s’agit de la même chose que Autolog (utilisé par Need for Speed: Hot Pursuit et Shift 2), c’est-à-dire un ersatz de Facebook pour joueurs en mal de socialisation. Au demeurant, la chose est plutôt bien faite et intuitive. Oui mais voilà. Je ne sais pas qui d’EA ou de DICE a décidé de fixer cette interface dans un navigateur Internet, mais c’est une idée que j’ai du mal à comprendre. Elle entraîne en effet deux fâcheuses conséquences : 1) pour lancer Battlefield 3, vous avez besoin au préalable de lancer Origin, puis votre navigateur web, ce qui fait un peu beaucoup à mon sens ; 2) vous ne pouvez pas lancer Battlefield 3 sans rejoindre directement une partie, et donc pour attribuer vos touches et régler vos différentes options, il faut automatiquement le faire en étant AFK sur un serveur. Génial.
  • Les autres fausses bonnes idées : la killcam obligatoire qui vous empêche d’aller dans les options lorsque vous êtes mort ainsi que les lampes-torches et laser qui aveuglent tout le monde, amis comme ennemis.
  • La claque graphique qui n’en est pas une : bien loin des vidéos éditeur, on se retrouve au final avec quelque chose d’assez joli mais franchement pas transcendant, bien moins détaillé que le multi de Crysis 2, par exemple. Le solo est peut-être magnifique, cela dit. Mais j’ai des doutes.

Quelques minutes sur les deux maps de la beta, Caspian Border et Metro. Le HUD n’est en principe pas aussi envahissant, c’est parce que j’enregistre en 1280×720.

Au final

Cette beta de Battlefield 3 ne m’a finalement aucunement surpris. Je m’attendais à retrouver les mêmes sensations pataudes que dans Bad Company 2, je les ai retrouvées ; je m’attendais à quelque chose de correct techniquement, j’ai même été un peu déçu ; je m’attendais à des mauvaises idées de la part de DICE, je les ai découvertes sans joie. Bref, je n’attendais pas spécialement Battlefield 3 ; je ne l’attends toujours pas. Je l’achèterai peut-être dans plusieurs mois, voire plusieurs années, à bas prix, mais rien n’est moins sûr.

Nota à l’attention des fanboys : ce qui précède est un ressenti entièrement subjectif fondé sur une beta, il ne s’agit en aucun cas d’un quelconque test auquel on applique des critères objectifs.

2 Responses to “Battlefield 3, retours sur la beta”

  1. Très exactement le même sentiment avec la version finale (je n’ai pas pu me faire la main sur la beta).

    Je trouve le gameplay sans rapport avec la série BF mais inspiré de BC. Je le trouve même pire que ce dernier selon moi, on a strictement aucune sensation.
    Et si les graphismes ne sont pas la chose la plus importante pour moi et de loin, j’ai l’impression de me balader dans des maps réalisées par l’équipe des need for speed underground, tout est étrangement lumineux et semble baigner dans un halo blanchâtre moche.

    C’est une grosse déception…

Trackbacks

Ne trollez qu'avec modération. Merci.

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s

%d bloggers like this: