Portal 2, des robots et des hommes

Rendre compte d’un jeu Valve n’est jamais chose aisée. D’une part, le niveau de qualité attendu par les joueurs se trouve toujours bien au dessus de la moyenne. D’autre part chaque jeu a droit à sa controverse, ses fans que l’on ne peut raisonner et ses détracteurs qui n’en démordent pas. Portal 2 constitue en ce sens le paradigme du jeu Valve : le premier jeu solo depuis Episode 2 et Portal, sortis il y a plus de trois ans ; et la suite d’une œuvre qui aura su déchaîner les passions et aura donné lieu aux hypothèses les plus farfelues quant aux histoires combinées de Black Mesa et Aperture Science.

Portal, il y a ceux qui adorent, et ceux qui n’aiment pas du tout. Malheureusement pour la partialité de ce billet, je me place volontiers dans la première catégorie, celle qui a très vite assimilé l’abondance et l’extravagance des memes issus du jeu. Cela ne m’empêche pas de considérer avec intérêt le dilemme de Valve dans la conception d’une telle suite : il fallait tout à la fois contenter les fans du premier volet et attirer de nouveaux joueurs, pour des chiffres de vente encore plus musclés. Après avoir écumé le solo et le mode coopératif, force est de constater que les développeurs ont trouvé un bon compromis, puisqu’en dépit (ou peut-être grâce à) un enrobage moins austère et à un humour plus accessible, Portal 2 est parvenu à satisfaire mon intérêt et ma curiosité.

S’agissant de l’enrobage, il faut reconnaître que la dernière monture de Source s’en tire fort honorablement : la désolation et la vétusté qui se sont répandues dans les salles de test d’Aperture sont rendus avec un soin admirable, servis avant tout par des décors vivants, chose assez rare pour être soulignée. Une grosse concession à cela : les temps de chargement que l’on connaît bien depuis Half-Life 2 sont ici portés à leur paroxysme, avec des pauses obligatoires toutes les cinq minutes, ce qui peut vite agacer et ce qui casse assurément le rythme. On trouvera en contrepartie une très bonne optimisation puisque Portal 2, bien plus attrayant que son prédécesseur, n’en est pas pas plus gourmand.

Deux séquences assez espacées dans le jeu, en principe sans spoiler

Malgré un séjour constant dans des sous-sols bétonnés, Valve est parvenu a varier les environnements, nous offrant parfois même de superbes panoramas que l’on n’aurait pu soupçonner en considérant la nature des lieux. Au final, Portal 2 s’apparente davantage à une longue promenade qu’à une course compétitive : il est recommandé de prendre son temps et de regarder un peu partout si vous ne voulez rien perdre de l’univers.

Cet aspect promenade se trouve renforcé par l’accessibilité du titre. En effet, si comme moi vous avez plusieurs fois terminé Portal et que vous avez posé des portails bleus et rouges dans une tripotée de mods, vous n’aurez aucune difficulté à résoudre les différents puzzles qui vous sont soumis. Seule l’appréhension de nouveaux mécanismes pourra à certains endroits faire s’arrêter le joueur confirmé. De fait, si les différents et nombreux nouveaux mécanismes (funnels, gels, tremplins, écrans, …) sont individuellement éprouvés, rares sont les salles qui parviennent à les combiner. Gageons donc que les mods qui ne manqueront pas de débarquer dans quelques mois, et plus probablement dans quelques années, nous amèneront un challenge digne de ce nom. En attendant, vous pouvez toujours tester quelques maps d’amateurs, à commencer par celles qui ont trouvé leur place dans ce concours.

Je préfère rester discret à propos du scénario ; je me contenterai seulement de vous dire qu’on en apprend un peu plus sur Aperture Science et sa déchéance. L’histoire, et surtout la dialectique qui l’accompagne, occupe une place bien plus importante que dans Portal, et GLaDOS n’est plus la seule protagoniste. On se rend d’ailleurs compte qu’elle contribue énormément à la facétie de Portal, puisque les premiers temps du jeu, en son absence, se révèlent bien mornes. Malgré quelques rares passages à vide, la lassitude de parvient pas à s’installer ; pour preuve : il m’aura fallu quatre ou cinq sessions de jeu et environ sept heures pour arriver au générique de fin.

Et le co-op ?

En l’absence (pour l’instant) de challenges maps, la meilleure voie pour prolonger la durée de vie consiste à trouver un compagnon de route pour le mode coopératif. Totalement indépendant du solo, celui-ci nous fait incarner deux robots subissant la misanthropie et le cynisme de GLaDOS ; à cet égard, certaines lignes de dialogue sont particulièrement savoureuses et on ne peut que reconnaître à la dame tout le mérite qu’elle a à vouloir monter les joueurs l’un contre l’autre. On notera aussi que les dialogues s’adaptent à différents paramètres : GLaDOS vous réprimandera si vous faites le mariole devant les caméras, elle insinuera que c’est de votre faute si votre coéquipier meurt. Autre exemple : j’ai fait le co-op avec XoBaR, qui l’avait déjà terminé auparavant, et GLaDOS me l’a gentiment fait savoir par un « Bleu, tu n’es pas le premier coéquipier d’Orange, tu sais… » Bref, si la rejouabilité du co-op est nulle en matière de gameplay, elle peut devenir intéressante pour les dialogues.

Cinq images tirées du mode coopératif

Même si certains s’amusent déjà à finir les salles de test du co-op avec seulement deux portails, la difficulté du mode coopératif m’est apparue plus corsée qu’en solo, en ce sens que l’on est parfois restés bloqués devant des mécanismes au final assez simplistes. Il faut donc apprendre à raisonner avec quatre portails, ce qui n’est pas si évident à peine sorti du solo. Il faut noter, en passant, une bonne trouvaille pour ce co-op : la possibilité d’afficher dans un coin de l’écran la perspective de votre coéquipier ; tellement indispensable qu’on voudrait la voir chez tous les concurrents. Question durée de vie, estimez à cinq heures celle du co-op, ce qui nous donne un total de douze heures : pas énorme mais très correct au regard des prix aujourd’hui pratiqués (ailleurs que sur Steam où le jeu est resté à 50 euros).

10 minutes de coopération intense

Au final, que penser de Portal 2 ? Alors que je n’attendais pas du tout Portal – j’avais surtout acheté l’Orange Box pour Team Fortress 2 et Episode 2 – j’étais assez impatient de jouer à Portal 2. C’est probablement pour cette raison que l’expérience fut moins grisante et surprenante. Il n’en reste pas moins l’un des meilleurs jeux de ces derniers mois, si tant est que vous ayez apprécié le premier volet. L’autre avantage est qu’en achetant Portal 2, vous n’achetez pas seulement le solo et le co-op, mais aussi un moteur qui se prêtera assurément à divers mods de qualité plus ou moins élevée. Mods que je ne manquerai pas de vous faire connaître en temps voulu.

Mise à jour :

Suite à la pertinente remarque de novaah ci-dessous, j’ajoute quelques mots sur l’ambiance sonore et musicale du jeu, en effet remarquable. S’agissant d’un jeu Valve, les doublages sont irréprochables et collent parfaitement à chaque protagoniste, qu’il s’agisse des sarcasmes de GLaDOS, de l’accent anglais de Weathley ou de la grande gueule de Cave Johnson. Les musiques ne sont pas en reste, qu’il s’agisse de l’éléctro’ d’ambiance ou des petites musiques (jazz et classique) que passe GLaDOS pour vous divertir. En cherchant bien, vous trouverez même quelques postes de radio. Et rien à dire sur les bruitages, qui retranscrivent comme il se doit la déchéance d’Aperture Science.

Enfin, j’avais oublié de vous donner quelques astuces pour jouer dans à Portal 2 dans des conditions optimales. Le jeu, comme Left 4 Dead 2, souffre malheureusement du triste phénomène de consolisation. Aussi, pour désactiver les aides, ne plus voir les portails à travers les murs et jouer avec un FoV décent, créez un fichier autoexec.cfg dans le dossier suivant : \Steam\steamapps\common\portal 2\portal2\cfg

Mettez-y ensuite les commandes suivantes (merci à XoBaR) :

gameinstructor_enable 0 // pour désactiver les aides à l’écran
bind z "+forward; cl_fov 100" // le FoV étant réinitialisé à chaque niveau (et même à chaque animation pour le co-op), liez-le à la touche pour avancer
portal_draw_ghosting 0 // pour ne plus voir les portails à travers les murs

alias portals_off "portal_draw_ghosting 0; bind x portals_on"
alias portals_on "portal_draw_ghosting 1; bind x portals_off"
bind x portals_off // pour activer-désactiver à l’envi l’affichage des portails à travers les murs

Tags: , , ,

10 Comments to “Portal 2, des robots et des hommes”

  1. L’ayant déjà fini, sans malheureusement l’avoir acheté, je n’ai lu que ton chapitre sur le coop et ta conclusion.

    Concernant ce coop en question, plus j’en lis, plus mon portefeuille tant à maigrir, même si Steam et ses soldes m’ont habitué à m’offusquer à la vue d’un prix supérieur à 20€, et pour ta conclusion je suis également dans la même optique : Il est très bon, marrant, travaillé, mais pas inattendu, il n’égale pas émotionnellement la décharge de newshit/wtf que fut Portal, parce que les bases étaient déjà posées, et parce qu’il ne reste qu’une suite. Mais bon, ça ne l’empêchera pas de créer lui aussi une chié de mèmes. ( cf : Spaaaaace. ). C’est l’excellent gameplay de Portal, en plus beau, plus travaillé, plus profond … Mais la surprise en moins. Et, étonnement, ça pèse dans la balance.

    Aussi, je ne t’ai pas vu parler de la l’ambiance sonore/musicale, que j’ai trouvé exceptionnelle, n’étant pourtant pas fan d’electro. Les accompagnement lorsque l’on prends de la vitesse sur cette gelée, par exemple, j’ai vraiment trouvé ça agréable. Avec ça, quelques thèmes que j’ai retenu.

    http://www.youtube.com/watch?v=ZtiUxixS37c
    http://www.youtube.com/watch?v=_XpuOP7sbUk ( Mes oreilles ont éjaculées durant cette partie du jeu. )
    http://www.youtube.com/watch?v=xVoiT42BLj0 ( Une berceuse pour grille-pain. )

  2. J’ai fini le jeu il y a deux ou trois jours en ayant jouer uniquement par petite session, sauf pour la dernière.
    J’ai fait les dernières salles “sous terraine” jusqu’à la fin d’une traite, plus pour “voir la fin du film” que pour résoudre des puzzles. J’ai vraiment apprécié la dernière partie du jeu, où comme dans le premier, le scénario s’écoute par le biais de GladOS et de Whitley.

  3. Je suis globalement d’accord avec toi. J’ai trouvé Portal 2 simplement génial mais moins surprenant que le premier. En ce qui concerne les mods pour Portal 2, ne sont-ils pas compatible avec ceux des autres jeux sources ?

    • Des mods compatibles entre eux ? J’avoue avoir du mal à te suivre.
      Le moteur de Portal 2 étant bien spécifique, avec un SDK spécifique, je pense que les mods Portal 2, quand ils sortiront, ne seront compatibles qu’avec Portal 2.

      • Je me suis mal exprimé. De ce qu’il me semble, certain jeux fait avec le source engine, et gratuits (alien swarm) supporteraient les mods fait pour les jeux source mais payants (HL2, Tf2, portal, ect.).

        Ah moins que je ne sois un abruti et que je n’ai rien compris aux mods sous le source engine …

  4. Je n’ai jamais entendu parler d’une telle interopérabilité entre mods Source.
    Il y a cependant quelques mods (comme ceux présents directement dans Steam, tels Insurgency ou Pirate, Vikings & Knights) qui n’ont besoin que d’un jeu Source pour fonctionner, peu importe lequel.

  5. Un jour je gagnerai trois fois de suite au jeu du pierre-papier-ciseaux, un jour…

  6. Hey ! Je viens de finir le solo que j’ai enchaîner avec la coop avec un Russe ( Why not ?) et Glados nous as renvoyer dans une série de Test de test pas encore fini donc la salle qu’on débloque après la cinématique et suite à quelque problèmes pour retrouver mon cher Russe on s’est arrêté à quelques salle de la fin. Est-ce que tu sais qu’est-ce qu’il y a à la fin de celle-ci ?

    • J’avoue ne pas trop comprendre ta question, mais si tu veux voir la fin du mode coopératif de Portal 2, je te conseille de regarder une vidéo sur Youtube.

Ne trollez qu'avec modération. Merci.

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s

%d bloggers like this: