BioShock 2, chronique d’une noyade annoncée

Alors que l’on a longtemps parlé de BioShock avant et après sa sortie, son successeur est plutôt passé inaperçu. La faute à une campagne marketing médiocre et à un cruel manque de nouveautés, constatent la plupart des commentateurs. Pour résumer, certains ont même dit et répété qu’il s’agissait de « la même chose que le premier en moins réussi ». La même chose que le premier, je le consens volontiers ; en moins réussi, je ne serais pas aussi catégorique.

BioShock 2 n’est pas à proprement parler la suite de BioShock puisque les deux histoires sont bien distinctes et que l’un peut tout à fait se jouer sans l’autre. Dans cette suite qui n’est pas une suite, vous tenez le rôle d’un protecteur (ou big daddy), qui se réveille après dix ans de coma et constate que l’utopique Rapture (ville sous-marine créée par un illuminé, pour ceux qui ont raté le début) est en train de sombrer et que ses habitants ont perdu un peu de leur hospitalité, notamment à cause d’une substance qui les rend tarés, l’adam. Votre objectif : retrouver une petite sœur, qui est aussi votre fille (ce n’est pas un spoiler, on le sait dès les premières minutes) et qui se trouve à l’autre bout de la ville. Vous constaterez donc que BioShock 2 dispose d’un scénario un peu moins élaboré et prenant que celui de son modèle. C’est d’ailleurs l’un des principaux points noirs du jeu, puisque l’on en arrive très vite à avancer bêtement en suivant les objectifs, sans savoir comment ni pourquoi.

Il n’empêche que ce scénario bidon parvient à nous faire découvrir Rapture sans que l’on ait (trop) l’impression de visiter les mêmes lieux que dans BioShock, même si les style décoratif et architectural restent les mêmes : art-déco des années 50 avec un brin de post-apocalyptique et beaucoup d’eau. Si le mélange avait agréablement surpris en 2007, il se laisse aujourd’hui regarder avec beaucoup moins d’excitation. Pour ce qui est de la technique pure et dure, le dépaysement est encore moins flagrant, avec un même moteur (Unreal Engine 2.5-3) qui a pas mal vieilli depuis trois ans et qui ne survit finalement que grâce à un level design bien maîtrisé. Bon point, cependant, le jeu tourne à 60 FPS constants, peu importe la situation. Pour justifier le 2 accolé à la suite de BioShock, les développeurs ont tout de même introduit une nouvelle phase, la marche sous-marine, mais celle-ci est en général très courte et n’a qu’une vocation contemplative, alors qu’on aurait peut-être aimé quelques combats aquatiques.

Voilà ma transition toute trouvée pour vous parler du gameplay, et plus particulièrement des combats, qui occupent une place majeure dans BioShock 2, encore plus que dans le premier. La base reste la même : armes bricolées et plasmides, sauf qu’il est cette fois possible d’utiliser les deux en même temps (un dans chaque main). Ce nouveau système permet donc d’être plus réactif mais demande pas mal de temps pour être bien maîtrisé. Et avec toutes les armes (qui ont chacune plusieurs types de munitions) et tous les plasmides, on s’emmêle couramment les pinceaux et l’on finit par utiliser toujours les mêmes éléments. Les armes et plasmides sont sensiblement les mêmes qu’auparavant, avec tout de même une nouveauté de taille, la foreuse. Et rien n’est plus amusant que de charger avec la foreuse en marche (cf. la vidéo). L’autre nouveauté réside dans l’allure que prennent beaucoup de combats : avant que la petite sœur que vous escortez ne récolte l’adam d’un cadavre, il est conseillé de préparer le terrain puisque les ennemis affluent en masse lors de la récolte. Il vous faut donc, un peu à la manière d’un tower defense, placer des pièges et préparer les munitions idoines en fonction du type d’ennemi en face de vous. Enfin, vous avez beau être un big daddy, vous disposez strictement de la même barre de vie que dans BioShock. Dès lors, on se demande bien à quoi nous sert notre armure.

2K semble avoir manqué d’inspiration dans ce BioShock 2, puisqu’après avoir repris l’environnement et le gameplay de leur précédent jeu, le studio en a également repris les petites erreurs, à savoir : un field of view (FOV) ridicule et laborieusement modifiable, des commandes claviers difficilement configurables mais aussi la non association entre vos commandes et les menus contextuels. Je m’explique : BioShock est rempli de nombreux menus contextuels vous indiquant sur quelle touche appuyer pour effectuer telle action (exemple : pour récolter l’adam d’une petite sœur, appuyer sur B ; pour sauver la petite sœur, appuyez sur F). Le truc, c’est que ces menus contextuels prennent en compte les touches par défaut, même si vous les avez modifiées. Il est donc fortement probable que vous fassiez quelque chose que vous ne vouliez pas (tuer une petite sœur, pour reprendre l’exemple). Ceci et la présence de termes non localisés traduit un manque de finitions, que les patches n’ont visiblement pas corrigé. Ce sont de menus détails, mais qui embêtent dans la mesure où ils pourraient être corrigés en un rien de temps si seulement les développeurs disposaient d’un brin de perfectionnisme.

15 minutes de gameplay, et à peu près tout ce que contient le solo :

En résumé :

Si vous avez aimé BioShock et que vous n’êtes pas écœuré de Rapture, vous pouvez sans aucun doute vous procurer BioShock 2, aujourd’hui disponible pour à peine 10 €. D’autant plus que pour ce prix-là, vous aurez le droit à une dizaine d’heures de jeu avec quatre fins (deux mauvaises et deux bonnes). Mais si vous ne voulez pas d’un BioShock 1.5, je vous conseillerais plutôt d’attendre le prochain projet de 2K, savamment intitulé BioShock Infinite, qui promet de nous changer d’air. Juste pour finir, il faut savoir que BioShock 2 dispose d’un mode multijoueur, que je n’ai pas essayé faute d’avoir pu trouvé des wefragés motivés.

Tags: ,

8 Comments to “BioShock 2, chronique d’une noyade annoncée”

  1. Il a baissé de prix hier! il ne coûte plus que 4,99! Pour ce prix il vaut vraiment le coût AMHA!

    http://www.micromania.fr/vente/achat_bioshock-2_Jeu-40268-PC.html

  2. L’art déco ce sont les années 20-30, donc avant-guerre. Pas les années 50. Sinon très bon test, mais j’ai trouvé un peu plus émouvant que le premier ce lien entre le Big Daddy et la petite soeur, sans doute une affaire de goût personnel…

    Douceur :
    Tu as raison pour l’art-déco, mais BioShock renvoie pourtant à ce courant (exemple) alors qu’il est censé se dérouler dans les années 1950. Anachronisme volontaire ou survivance de l’art-déco pendant une décennie ? Il faudra demander aux développeurs.

  3. Oui à 5€ sa peut valoir le cout par contre ce qui me fait bien rire sur ton lien micromania Canisquare c’est le “Télécharger ce jeu pour 29.99€” z’ont pas peur de prendre les gens pour des cons.

  4. Feric Jaggar a dit :
    L’art déco ce sont les années 20-30, donc avant-guerre. Pas les années 50. Sinon très bon test, mais j’ai trouvé un peu plus émouvant que le premier ce lien entre le Big Daddy et la petite soeur, sans doute une affaire de goût personnel…
    Douceur :
    Tu as raison pour l’art-déco, mais BioShock renvoie pourtant à ce courant (exemple) alors qu’il est censé se dérouler dans les années 1950. Anachronisme volontaire ou survivance de l’art-déco pendant une décennie ? Il faudra demander aux développeurs.

    Il me semblait avoir déduis à l’époque, quand j’ai fait Bioshock 1, que Rapture avait été batit pendant la période art déco (voila pour l’architecture), et que de part son isolationnisme, la ville était encore à la mode de l’époque, avec quelques variantes.

  5. oniraziel a dit :
    Oui à 5€ sa peut valoir le cout par contre ce qui me fait bien rire sur ton lien micromania Canisquare c’est le “Télécharger ce jeu pour 29.99€” z’ont pas peur de prendre les gens pour des cons.

    J’avais même pas vu! Il doute de rien :/

  6. “Le premier mais en moins réussi” ?
    Je croyais que le consensus était “le premier mais en finalement réussi”. Je me suis fait royalement chier dans Bioshock avec sa jouabilité mal dégrossie et son level design moyen (pour un design visuel et une narration très bons, bien sûr). Par contre j’ai énormément apprécié Bioshock 2, moins prétentieux, plus touchant et surtout très agréable à jouer avec les séquences de ‘micro-gameplay’ facultatif que sont la protection des petites soeurs.

    Ce jeu vaut réellement le coup !

  7. En fait ils expliquent sur Wikipedia que des constructions Art Deco ont été érigées jusque dans les années 60, alors y a pas vraiment de contradiction.
    Ce qui a plu aux designers, je pense, c’est l’aspect organique de ce type d’architecture, à moins qu’ils n’aient voulu faire un parallèle entre les statues d’Atlas, le bouquin “Atlas Shrugged” et le personnage Atlas dans le jeu…Qui sait ?

  8. “Le même que le premier en moins bien réussi”, c’est le test de Dr Loser quand il est sorti.

    Bon test Douceur, j’ai failli dire ok quand t’as cherché des wefragés pour le multi.
    Ceci dit c’est tellement difficile de tomber sur des parties à cause du système de lobby à la MW2 à chier que ç’aurait été une gageure de pouvoir jouer. J’ai lâché l’affaire après 2-3h de jeu pour le multi. Je n’ai même pas pu essayer tous les modes de jeu faute de joueurs.

    Merci de souligner dans ton test l’horripilant problème de configuration des touches par défaut, comment un truc pareil était-il encore possible en 2009 ? C’est grâce à ça que j’ai effectivement récolté des little sisters :/ Notons que d’autres jeux PC, même bénéficiant d’un bon suivi en 2010, continuent à handicaper les joueurs en refusant de proposer un remappage intégral des touches, cf Battlefield Bad Company 2. Dans le même style, Fallout New Vegas souffre exactement du même problème s’agissant des touches par défaut reconfigurées par l’utilisateur mais non reconnues dans les menus contextuels (oui, tu fermeras ce container A LA MAIN avec ton curseur), et c’est tout simplement lamentable. A croire que les développeurs n’ont pas de PC, je ne comprends pas.

Ne trollez qu'avec modération. Merci.

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s

%d bloggers like this: