Borderlands, le farming entre amis

Gearbox n’est pas forcément réputé pour avoir sorti des grands jeux. On les connaît surtout pour avoir développé les extensions pour Half-Life, Opposing Force et Blue Shift, ainsi que la série des Brothers in Arms. Pour le reste, rien de bien folichon, du moins jusqu’à ce que le studio nous ponde l’an dernier Borderlands, un mélange de FPS et de RPG dans un univers post-apocalyptique mais coloré. Argument de vente principal du titre : la coopération. L’aventure est jouable en solo, mais à 4 joueurs qui progressent ensemble, c’est beaucoup plus sympa. Grâce à Wefrag/Weplay, j’ai vite pu trouver trois compères, que je remercie pour avoir été de très agréables compagnons de route : XoBaR, Shoods et Warlock. Ce test ne concerne que la coopération et il ne correspond pas forcément à l’expérience de jeu qu’ont connue les joueurs solitaires.

Même si cela peut paraître surfait en coopération, Borderlands dispose d’un scénario. Voici le peu que j’ai pu en comprendre : vous êtes quatre aventuriers bien complémentaires (magie, force brute, soutien, sniper) qui recherchent un fabuleux trésor appelé l’Arche. Voilà, c’est tout. Le jeu est parsemé de dialogues, de journaux audio, d’informations, mais en coopération tout va très vite et je n’ai eu que trop rarement le temps de m’attarder sur le scénario. Le background du jeu étant très riche, il se pourrait que l’histoire soit un peu intéressante (attention au conditionnel). Pour arriver jusqu’à la fameuse Arche, nous avons mis 13h30 (quatre soirées) et nos personnages ont atteint le niveau 36.

Eh oui, Borderlands connaît un système de niveaux, avec des points d’expérience (XP), un arbre de compétences et un inventaire qui s’améliore chemin faisant. Il s’agit là du côté RPG du titre. La difficulté, à ce propos, va decrescendo, puisque vous progressez plus vite que vos ennemis ; le boss final, par exemple, nous a à peine fait mal. L’autre côté, si vous avez bien suivi, c’est celui FPS, avec un jeu à la première personne sauf en véhicule. C’est en jouant à Borderlands qu’on se rend compte que les deux genres ne sont pas antagonistes et s’allient plutôt bien. Les sensations de tir ne sont peut-être pas inoubliables mais les combats se laissent jouer ; seuls certains boss vous donneront vraiment du fil à retordre. Pour le côté RPG, on retrouve un système classique de quêtes et de récompenses, avec plein d’XP à la clé. Les quêtes s’enchaînent et se ressemblent : aller tuer un tel, trouver telle arme, récupérer 50 cristaux, etc. Mais ce côté répétitif passe bien à deux égards : en coopération, on s’ennuie rarement ; et le jeu, par son environnement, pousse à la progression.

Borderlands propose en effet une aire de jeu immense, avec de nombreuses cartes qui possèdent chacune une identité visuelle propre. RPG oblige, vous aurez souvent à parcourir plusieurs fois les mêmes zones et les allers-retours peuvent vite vous courir sur le haricot. Mais si comme moi, vous accrocher au style visuel du jeu, la lassitude aura du mal à s’installer. Utilisant l’Unreal Engine 3, Borderlands adopte une sorte de cel shading détaillé, comme dans Prince of Persia (celui de 2008) ou le mod Airborn (lui aussi développé sous l’UE3). On accroche ou pas, mais il faut avouer que Gearbox ne s’est pas moqué de nous : les niveaux, nombreux, sont très détaillés avec de nombreux coins à fouiller et plein d’ennemis différents qui correspondent à l’univers visité. Le tout est plutôt bien optimisé (framerate bloqué à 62 FPS) à l’exception peut-être des tout derniers niveaux, plus gourmands car plus détaillés. Le jeu, pour être tout à fait agréable, a tout de même besoin de quelques réglages optionnels (et notamment le FOV) que vous pourrez trouver à cette adresse (merci à XoBaR pour le lien).

Le multijoueur passe par GameSpy et il n’est pas nécessaire d’avoir une grosse connexion pour héberger une partie. Vous pouvez avoir plusieurs personnages, mais il est hautement recommandé de garder le même personnage durant toute l’aventure. Si votre personnage a accompli une quête alors que les autres ne l’ont pas accomplie, vous serez irrémédiablement bloqués dans l’aventure, ce qui peut être fâcheux. J’ai pour ma part joué Roland (classe Soldat), spécialisé dans le soutien, avec notamment la pose de tourelles pour se défendre mais aussi se soigner. Mes compatriotes XoBaR (Lilith, spécialisée dans la magie), Warlock (Brick, le bourrin de service) et Shoods (Mordecaï, le sniper) semblent avoir apprécié leurs personnages. Borderlands vaut aujourd’hui une vingtaine d’euros en neuf et mérite clairement le détour, pour peu que vous prévoyiez d’y jouer en coopération. De notre côté, nous venons juste de nous attaquer aux DLC du jeu ; je vous donnerai alors mes impressions ici-même.

10 minutes de Borderlands avec des gens biens :

L’avis de XoBaR :

Je suis globalement très mitigé. D’un côté j’ai beaucoup aimé les graphismes, l’ambiance, l’humour et les musiques. Bref l’enrobage du jeu est de très bonne facture. J’ai également apprécié certaines maps assez ouvertes, et le grand nombre d’armes. Mais d’un autre côté je n’arrive pas du tout à accrocher au gameplay. Les combats m’ennuient, il suffit de vaguement viser et se déplacer, et il n’y a aucun challenge puisqu’on respawne après être mort. De plus l’histoire est inexistante, les quêtes inintéressantes et la progression extrêmement répétitive. Sous des airs de FPS, ce jeu n’est en fait qu’un hack’n’slash, ce qui n’est vraiment pas ma tasse de thé. Le fait de pouvoir jouer à quatre en coop rend le jeu plaisant à parcourir, mais jamais je n’aurais eu le courage de le finir en solo.

Lilith n’est pas un personnage déplaisant à jouer, ses capacités permettent de jouer de façon assez bourrine en rushant. Je n’ai pas assez testé les autres personnages pour les comparer.

L’avis de Warlock :

Un jeu avec un univers vraiment sympa et des graphismes qui donnent un peu de fraicheur à ce que l’on voit ailleurs. Tout cela donne à ce jeu l’envie d’aller jusqu’au bout. À 4 le jeu devient beaucoup plus fun. Les différentes classes de perso n’apportent pas grand chose au jeu après avoir testé plusieurs classes, c’est réellement la façon dont le joueur va jouer qui va définir notre véritable classe. On se retrouve au final devant un jeu agréable à jouer, surtout a plusieurs.

L’avis de Shoods :

Un mix entre Diablo et un FPS, une super idée. Dommage que la réalisation soit un peu bâclée : la sensation de puissance dans les armes à feu n’est pas terrible et le tout est beaucoup trop simple. Mais en solo et bien plus encore avec 3 autres joueurs le fun est vraiment au rendez-vous.

Mordecai : tireur à distance très classique si on se contente de le jouer avec les snipes et les améliorations de dégâts. L’usage des pistolets change légèrement mais agréablement le gameplay. Sa compétence spéciale fait beaucoup de dégâts mais manque de contrôle, il est impossible de sélectionner la cible de l’attaque.

13 Comments to “Borderlands, le farming entre amis”

  1. Oui pour ma part, c’est comme XoBaR que je définis son gameplay : un hack’n slash en vue subjective. Pour peu qu’on accroche aux deux ainsi qu’à la patte graphique, c’est effectivement du tout bon.

    Pour les DLC, si vous ne le savez pas déjà, je vous conseille de les faire au bon niveau pour pas vous ennuyer : ~40 pour le premier et proche du 50 pour le dernier. Celui-ci est pas mal du tout je trouve d’ailleurs, la difficulté est pas mal élevé (à bon niveau bien sûr). Le seul reproche étant ses innombrables trajets obligatoires en bagnole pour faire les quêtes & valider.

    En tout cas, j’ai bien aimé l’ensemble (surtout en recommençant au parcours 2) et il me tarde de voir un éventuel Borderworld.

  2. ha ca donne bien envie je pense attaquer ca au mois d’aout si je trouve les trois autres personnes tentées par l’aventure. C’est surtout le coté FPS coop à 4 qui m’attire beaucoup. Dommage que Crysis n’ait pas proposé un tel mode il y aurait vraiment eut un intérêt enfin pour ce que j’en ais vu en tout cas (je suis encore dans la partie ouverte du jeux)
    Et le même mod coop dans STALKER ce serais vraiment le paradis *bave*

  3. Perso j’y ai joué 1heure en coop et je l’ai désinstallé.
    L’aspect coop n’as strictement aucun intérêt dans la mesure ou les interactions sont ultra limitées, tu peux reviver tes potes, et échanger du materiel.
    Les quêtes ou il faiut tuer 10 monstres OMG, tout l’aspect RPG me gonfle.

    A réserver aux amateurs du genre.

  4. Douceur j’apprécie particulièrement tes tests, toujours très bon.

    Si le côté FPS n’est pas le point le plus essentiel du jeu (au niveau des sensations) ça serait une hérésie que je le tente avec un pote sur PS3 ?

    Douceur :
    Merci pour le compliment. Je ne suis pas adepte des FPS sur console, mais je pense que Borderlands sur PS3 sera jouable, même si le sniper risque d’avoir un peu de mal avec les headshots.

  5. J’ai fini le titre en solo.

    Si je devais lui mettre une note, ce serait un 7/10, le genre de titre qu’on joue parce qu’on aime l’enrobage, l’univers etc mais auquel on sait pertinemment qu’il manque quelque chose. Comme le dit xobar, le gameplay n’est franchement pas folichon par moments. C’est ultra simple et simpliste, on aurait très bien pu proposer qu’une classe de perso, ça aurait suffit. C’est du run’n’shoot, il n’y aucun vrai challenge, et les sensations de tir sont moyennes, ça manque de peps. La tonne d’armes dispo dans le jeu ne sert à rien : il est très rare qu’on loote de bons objets dans les environnements. On garde souvent les mêmes armes assez longtemps, et on revend tout le reste, ce qui fait qu’on devient vite riche (j’ai fini le jeu avec près de 2.500.000 crédits).

    Le scénario est plus ou moins présent mais on n’y accorde aucune importance; l’espèce de femme qui nous parle – apparemment – par télépathie n’est pas identifiée à aucun moment dans le jeu et ne va absolument pas avec le côté décalé du titre. C’est vraiment dommage de ne pas avoir exploité le potentiel de l’univers du jeu, plutôt original et prometteur pour une suite. Néanmoins, le jeu a un côté addicif propre au hack’n’slash qui fait qu’on avance sans trop de problèmes.

    J’ai apprécié le jeu, mais je l’ai terminé en faisant de longues pauses sans y jouer. Si on joue trop longtemps à ce titre, on va rapidement s’en dégoûter et ne plus y toucher.

  6. Merci pour l’avis circonstancié Douceur. C’est vraiment un blog jeu de qualitay

  7. Je pense qu’il vont plus exploiter le background pour le 2.

  8. Un gros coup de coeur pour moi, toujours pas fini le solo, mais l’univers décalé, la réalisation technique, la quête de la meilleure arme possible m’ont vraiment scotché. J’en suis actuellement à 1 jour, 4 heures et 36 minutes de jeu, dixit les stats ingame. Je crois d’ailleurs que c’est le jeu qui m’aura pris le plus de temps à finir (hormis FF7 et ses 100 heures de jeu ^^ ). Pas encore essayé les extensions, mais comme je joue qu’en solo, je me pencherai seulement sur “Zombie Island”.

    Le bon point c’est les dialogues, certains diront que le scénario est inexistant, mais ici on ne subit pas les dialogues à rallonge qui cassent régulièrement le rythme.

  9. Merci Douceur, tu vas encore me faire claquer de l’argent dans un jeu.
    ‘faut que j’me trouve des gens motivé pour ça.
    Par contre le jeu a vraiment l’air facile, du moins dans la vidéo. Les 3/4 du temps vous tirez à découvert et sur une même ligne [alors qu’à 4 y’a facilement moyen de contourner sur des maps plutôt ouvertes]. C’est pas un reproche, juste que j’ai l’impression que c’est vraiment simple.

  10. C’est faux !

  11. Je sais pas si mon message est passé, mais je vais encore craquer pour un jeu à cause de Douceur. A croire que t’as des talents de vendeur et des actions chez Steam.

    Mon steamid pour ceux qui veulent tater du coop !
    chill_da_suxorz

  12. C’est simple dès que tu tombes sur une arme bonnasse, ce qui n’arrive pas dès les premières heures de jeu. J’en ai chié sévère dans une des grottes face aux scarabées violets, et puis j’ai commencé à ratisser toutes les maps pour trouver les armes “ultimes” (du style munitions illimitées, précise, dégâts conséquents et effet corrosif comme cerise sur le gâteau).

  13. Bon bah ca y est, j’ai craqué et je kiffe, c’est juste relou si un pote veut rejoindre avec la diffèrence de quêtes et de level.

Ne trollez qu'avec modération. Merci.

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

w

Connecting to %s

%d bloggers like this: