Far Cry 2, faut pas gâcher

Avant sa sortie, Far Cry 2 aura été l’un des jeux dont je suivais l’actualité avec le plus d’avidité. Chaque vidéo, chaque capture, chaque preview était bonne à prendre. Lors de sa sortie, je n’avais pas le matériel nécessaire pour faire tourner le titre, mais j’ai tout de même lu une pléthore de tests, qui, malgré leurs critiques parfois virulentes, m’ont fait garder espoir. Je me persuadais qu’au final, l’attente n’aura pas été vaine. Malheureusement, Far Cry 2 ne m’aura laissé qu’un goût amer dans la bouche, avec de nombreuses questions, toujours sans réponse.

Pour commencer, un petit rappel qui a son importance : Far Cry 2 n’a de Far Cry que le nom. Il s’agit d’un jeu développé en interne par Ubisoft, qui a racheté la licence. Il ne constitue en aucun cas la suite de Far Cry, développé par Crytek (mais déjà édité par Ubisoft). Si vous lui cherchez une suite, je vous conseille plutôt l’excellent Crysis, développé par Crytek et qui en reprend les lignes directrices.

Avant de parler du jeu stricto sensu, retraçons un peu son développement. C’est en juillet 2007 que Far Cry 2 a officiellement été annoncé. On savait déjà que le studio d’Ubisoft Montréal s’en occupait, que le jeu n’avait rien à voir avec le premier, et que l’Afrique serait vraisemblablement le lieu de l’action. Jusqu’ici, rien de bien folichon. Puis en octobre 2007, je suis tombé sur une vidéo de présentation de 25 minutes (en deux parties) qui m’a fait drôlement envie : des environnements ouverts et originaux, un moteur graphique à tomber et des affrontements rythmés car offrant plein de possibilités.

Ensuite, on a eu le droit à d’innombrables promesses des développeurs, dont l’exécution a mystérieusement disparu du produit final. En voici quelques unes :

  • Un moteur graphique extraordinaire et ultra-détaillé (cf. ici) : certes, le jeu est joli (j’en reparlerai), mais le niveau de détail mis en avant par les développeurs ne se retrouve pas au final. La régénération de la végétation est peut-être présente, mais franchement, qui ça amuse de regarder un arbre repousser après l’avoir dépouillé de ses branches ? Bref, une innovation technologique qui ne sert à rien. Il y a aussi le système de météo dynamique, mais celui-ci est très peu mis en avant car il fait à peu près toujours le même temps dans Far Cry 2 : beau ou nuit. Je n’ai eu le droit qu’à une seule tempête, et bien moins violente que dans la vidéo. On peut aussi ajouter d’autres trucs comme la salissure sur les véhicules : c’est bien beau d’avoir une Jeep qui prend la boue, mais quand on se rend compte que l’on ne peut même pas lui exploser les pneus, ça fait tache.
  • De nombreuses possibilités d’approche pour vos affrontements (cf. ici) : en gros, vous pourriez la jouer infiltration ou bien bourrin. Mais au final, l’IA étant extralucide, dès qu’une balle est tirée, tout le monde vous fonce dessus et ça se termine souvent en pugilat, à coup de grenades et de mitrailleuse. La propagation du feu était également mise en avant pour réduire en poussière toute une tripotée d’ennemis. Mais si le feu se répand, c’est de manière tout à fait timide, et deviner la direction de propagation est souvent impossible ; attention au retour de flammes, donc.
  • Une durée de vie atteignant les 50 heures (cf. ici) : de ce point de vue-là, je ne regrette pas que la promesse n’ait pas été tenue. Il m’aura personnellement fallu 17h pour terminer Far Cry 2, en faisant quelques missions secondaires. Même en voulant tout finir, je vois mal comment atteindre les 50 heures, peut-être faut-il tout faire à pied…
  • Une immersion renforcée par un body awareness (cf. ici) : pour toutes les actions contextuelles (monter dans une voiture, prendre un dossier, ou se soigner), le body awareness est bien présent. Mais partout ailleurs, il est impossible de voir la moindre parcelle de son corps, à l’exception de la main qui tient l’arme. Génial, l’immersion.
  • Un choix totalement libre des missions (cf. ici) : au départ, on était censé pouvoir choisir la mission que l’on voulait à n’importe quel moment. Se rendant compte qu’une telle possibilité est incompatible avec un semblant de scénario, Far Cry 2 révèle au final une linéarité très banale : vous vous rendez là où il y a des missions à décrocher, et puis c’est tout. À plusieurs reprises, il n’y aura d’ailleurs qu’un seul choix. On nous promettait également un monde ouvert façon S.T.A.L.K.E.R. ; l’univers est certes vaste, mais les routes sont toutes tracées et on ne peut guère s’en éloigner à cause d’obstacles infranchissables comme des falaises.

Voilà pour les promesses non tenues. Désormais, place au jeu. Rapide présentation de son scénario et de son fonctionnement. Far Cry 2, c’est l’histoire d’un mec qui est envoyé dans un pays imaginaire d’Afrique pour tuer le principal trafiquant d’armes du coin, le Chacal. Dès son arrivée, sa cible lui fait comprendre qu’il n’est pas le bienvenu et qu’il va devoir cravacher pour atteindre son but. Tout le reste n’a pas vraiment de sens (jusqu’à la fin, pas trop mal par rapport au reste de l’aventure) et vous allez d’une faction à un autre, chacune vous proposant des missions avec des diamants pour récompense, ceux-ci vous servant à acheter armes et améliorations. Les dialogues sont nombreux et correctement doublés, mais il s’agit en réalité de monologues, votre personnage étant vraisemblablement atteint du syndrome Gordon Freeman car il ne décrochera jamais une seule parole.

La quasi-intégralité de vos missions consistent à :

  1. Aller à l’autre bout de la map : prendre un véhicule est plus que conseillé. Mais attention, il ne s’agit pas là d’une promenade de santé ou d’un safari parmi les zèbres et les éléphants. Non, ici, c’est la guerre, et tout le monde vous tirera dessus, peu importe pour qui vous travaillez. Vous traversez un poste de garde, on vous tire dessus et on vous poursuit jusqu’à ce que mort s’en suive ; vous croisez une voiture, elle ne vous lâchera pas. Ainsi, parcourir la savane de Far Cry 2 s’avère au début dépaysant puis devient vite très pénible : on ne peut pas faire 500 mètres tranquille, il y a toujours quelqu’un pour venir vous emmerder.
  2. Tuer un ou plusieurs mecs et éventuellement faire sauter quelque chose : après avoir tué plusieurs dizaines de combattants pour arriver à votre objectif, vous devez encore tuer tous ceux qui s’y trouvent. Les combats, sans être trop difficiles, sont très rébarbatifs car les développeurs ont eu la bonne idée de handicaper le joueur (voir un peu plus bas).
  3. Revenir au point de départ pour rechercher une autre mission.

Il y a 25 missions principales et une bonne cinquantaine de missions secondaires ; elles suivent toutes ce schéma-là. Je n’ai vu qu’une seule exception, la défense d’une barque fluviale. Dès lors, on en vient à se demander si le caractère répétitif ne serait pas l’apanage d’Ubi Montréal. Après avoir testé Assassin’s Creed et le dernier Prince of Persia, je me rends compte que le studio est très fort pour ce qui est d’oublier qu’un bon jeu est un jeu varié. Si la pilule de la répétitivité passe bien avec les deux premiers titres, elle en dévient écœurante avec Far Cry 2.

Un peu plus haut, je vous parlais des combats et des handicaps infligés au joueur pour pallier une intelligence artificielle faiblarde. À cet égard, j’ai imaginé une discussion au sein d’Ubisoft Montréal pendant le développement de Far Cry 2 :

– Hey les gars, vous avez lu les premières previews du jeu ? Ils arrêtent pas de dire que notre I.A. est moisie et que le jeu est vraiment trop facile.
– Ouais, mais faut dire aussi qu’on n’a pas travaillé dessus. Tous nos mecs sont sur les portages consoles.
– Va falloir trouver des solutions, et vite !
– Moi, j’ai une idée, chef ! Et si on faisait en sorte que les ennemis respawnent aux postes de garde juste après qu’ils se soient fait dézingués ?
– Pas mal, ça. Développe. Tu es développeur après tout.
– On pourrait aussi prévoir que tout le monde tire tout le temps sur le personnage principal. Comme ça, il serait toujours sous pression.
– On progresse. D’autres idées, les gars ?
– Et si on rendait les armes moins solides, capables de s’enrayer toutes les dix secondes ou même de nous exploser à la gueule ? Ça pourrait mettre le héros dans des situations pas possibles, ça. Et pendant qu’on y est, on pourrait donner une sorte de seconde vie aux ennemis, et le héros devrait les achever pour être sûr qu’ils soient bien morts.
– Bien vu, il nous faudrait encore un petit truc, et on est bon.
– Chef, comme on est en Afrique, on pourrait foutre la malaria sur le dos du perso. Il devrait alors se trouver des médocs et les syndromes de la maladie viendraient l’attaquer à n’importe quel moment.
– Nom d’un caribou
[NDLR : on est à Montréal, je vous rappelle], t’es vraiment un génie ! Bossez chacun sur vos idées, et on fait une réunion là-dessus la semaine prochaine.

Vous l’aurez compris : tout est fait pour que vous soyez dans l’inconfort, la malaria constituant tout de même le plus gros WTF du jeu. Si vous ne voulez pas crever comme une merde, il vous faut des médicaments, que vous obtiendrez après avoir apporté des passeports à une famille africaine dans le besoin. C’est beau. La malaria, elle, peut se faire sentir n’importe quand : au volant ou même en plein combat. Il faut alors prendre vos cachets, quoi qu’il arrive. Une superbe idée, les mecs !

Contrairement à ce que l’on pourrait penser, Far Cry 2 n’a pas que des défauts. Son argument de vente est de taille, il s’agit du dépaysement de l’Afrique couplé au moteur graphique Dunia, largement mis en valeur par Ubisoft. C’est pour cela que le début du jeu est vraiment plaisant : chaque déplacement constitue un véritable plaisir et on se prend à s’arrêter pour regarder les paysages. Le résultat final est peut-être moins fin qu’un Crysis, mais Far Cry 2 a le mérite d’être deux fois plus fluide (littéralement) que celui-ci. L’optimisation n’a donc pas été oubliée, et je crois que l’on peut ici, une fois n’est pas coutume, remercier les consoles. Seuls défauts à corriger : une nuit pas vraiment réussie et un rendu de l’eau bien trop vaseux. Le reste a de la gueule : la végétation destructible, les explosions, les rayons du soleil et les panoramas de manière générale.

Et le multi ?

Plus par souci d’exhaustivité que par autre chose, j’ai décidé de m’essayer au multijoueur de Far Cry 2, et j’ai eu ce que j’attendais : les modes de jeu habituels avec au maximum 50 joueurs sur l’ensemble des serveurs, aux pings moyens mais néanmoins jouables. Le multi fonctionne un peu comme un Call of Duty, avec choix de classe et déblocage des armes et de leurs améliorations en acquérant des points d’XP. Ça pourrait presque être sympa, s’il y avait plus de monde. On notera tout de même qu’une communauté existe car certains serveurs tournent sur des maps customs, que je n’ai malheureusement pas réussi à télécharger. Trop dommage. On retiendra également l’intégration barbare de la publicité sur les maps officielles. Bref, un multi loin d’être mémorable.

Far Cry 2 se présente donc comme une grosse déception. Le jeu avait du potentiel, à n’en pas douter : un univers original, une optique bac à sable et un moteur qui tient la route. Oui mais voilà, il est bourré d’idées qui viennent complètement flinguer le plaisir de jeu. J’aurais aimé pouvoir parcourir cette région d’Afrique en toute quiétude, mais cela m’est impossible, les ennemis étant toujours à mes trousses. Et puis le manque de variété fait que l’arrivée du générique de fin représente presque une certaine libération ; je me suis d’ailleurs fait violence pour finir l’aventure, car je n’aime pas laisser traîner un jeu sans l’avoir fini. Il y a quelques jours, Ubisoft a confirmé que le développement de Far Cry 3 était en cours. Si les écueils évoqués ici sont en majorité corrigés et que la diversité est au rendez-vous, il pourrait s’agir d’un excellent jeu. Mais rien n’est moins sûr, alors croisons les doigts. Très fort.

Tags: , ,

26 Comments to “Far Cry 2, faut pas gâcher”

  1. N’y aurait-il pas un mod qui pourrait sauver ce “jeu” ?

  2. Non, rien, la zone. Vraiment pourrissime, ce Far Cry 2, un vrai jeu Ubi.

  3. Excellent test, les paragraphes dialogue des développeurs (même si ça reste un peu moins marrant que ceux de nofrag) et les promesses point par point apportent un plus.

  4. Comme d’hab, une rétro de qualité.

  5. Superbe article. Je ne connais rien au développement de jeux vidéo, mais on retrouve un peu le syndrome des grandes entreprises dans ta parodie (et tu ne dois pas être loin de la réalité ^^) : beaucoup de talent, mais gâché par une structure et des choix hiérarchiques trop stéréotypés. Il n’y a que peu de place pour le feeling : en jouant au jeu, on visualise chaque décision prise par les développeurs. La sauce ne prend pas, on ne rentre pas dans le truc, il n’y a aucune magie, aucune subtilité.

    J’ai aussi retrouvé cette sensation en jouant à XIII (Ubi Soft aussi), qui est un jeu sympa (bien qu’ultra linéaire et scripté) mais qui caricature grossièrement la finesse de la BD. En transformant l’excellent scénario de Van Hamme en jeu, on retrouve des mécanismes artificiels et des gros raccourcis. Tout est téléphoné. Dans Far Cry 2 c’est le même problème : il y a des idées super mais elles sont implémentées grossièrement. Tu vas chez une faction, en sortant du bureau comme par hasard un ami appelle pour proposer une solution alternative alors qu’il n’a RIEN pu savoir de la conversation ultra-secrète (tellement secrète que les chefs de la faction s’en foutent que leurs propres mecs te butent ou se fassent buter, après tout c’est plus simple que tout le monde tire sur le joueur).

    Il y aurait pu avoir une histoire immersive, avec un background, le journaliste aurait du jouer un plus grand rôle, les partenaires aussi : avec un Chacal nietzschéen et des mercenaires d’horizons diverses, on aurait pu avoir des super dialogues à la Deus Ex et un message intelligent sur les guerres africaines. Travailler pour des factions aurait du fonctionner selon le principe de Deus Ex 2, avec des choix. Les mercenaires NPC auraient pu se battre comme dans Stalker et évoluer dans la carte aléatoirement, façon A-Life. Au lieu de ça c’est trop artificiel. Il y avait un potentiel énorme, et comme toi Douceur j’ai apprécié la fin car même si ça reste téléphoné, ça va déja plus dans l’idée que je me faisais. Ca fait ressortir le travail des développeurs sur la réflexion éthique et l’ambiance de leur titre. Mais là encore, le joueur n’est qu’un pion et n’a pas son mot à dire, du début à la fin du jeu.

    Bref, malgré tout j’ai adoré Far Cry 2 car si toute la partie histoire, logique, ambiance etc. est ratée, les combats en eux-mêmes ainsi que les deux grandes cartes et les déplacements sont géniaux. Le bac à sable m’a encore plus plu que Crysis. C’est parfois lourdingue de se faire agresser par des jeeps il est vrai, mais dans la plupart des cas il suffit de varier les plaisirs soi-même (un coup je prends le bus, un coup le bateau, un coup la voiture, un coup à pied, un coup je snipe, un coup je m’infiltre, un coup je lance un assaut lourd, etc.)

    Pourvu que Ubi fasse un Far Cry 3 qui correspond à nos attentes. Avec les années je n’arrive plus à rêver ni à avoir de l’espoir, mais quand même : Far Cry 2 est assez génial malgré ses énormes défauts, alors un 3e volet abouti pourra être un must absolu.

  6. Cela dit, affirmer haut et fort que Far Cry 2 n’est pas la suite de Far Cry pour ensuite balancer qu’il vaut mieux regarder du côté de Crysis pour ça… ça m’a toujours fait un peu rire. Crysis a un rapport avec Far Cry ?

    Douceur :
    Comme le dit divide plus bas, oui il y a un rapport. On peut facilement parler de “suite spirituelle” : mêmes environnements, mêmes approches, même seconde partie linéaire, même mélange de réalisme et de science-fiction, etc.

  7. NykO18: bah… oui, l’environnement est identique en tout point, ca fait déjà un gros rapport avec Far Cry…

  8. @divide: ça en fait pas une suite pour autant. Je suis le premier à adorer Crysis, j’y rejoue même en ce moment. Mais de la à le présenter comme la vraie suite de Far Cry, il ne faut quand même pas pousser. Le fait que ça se situe durant 2 niveaux dans un environnement similaire n’en fait pas une suite. Ce ne sont ni les mêmes lieux, ni la même histoire, ni les mêmes personnages, ni le même background. Dans le 1 ça parlait de manipulations génétiques engendrant des mutants, dans le 2 on parle d’extra-terrestres… bref, une suite spirituelle pourquoi pas, mais ça placerait Half-Life 1 comme une suite spirituelle de Doom.

  9. NykO18 a dit :
    Crysis a un rapport avec Far Cry ?

    Même développeur, même gameplay. Pour moi, c’est clairement la suite de Far Cry.

    Très bon article à part ça. En fait, tous les articles de Douceur sont excellents… Ca manque un peu de lol, mais sinon c’est toujours bien écrit et assez pertinent. Si t’as du mal à être maxi drôle à l’écrit, essaie de détourner quelques screenshots et de les afficher en grand (500×300) dans ton article : ça pourrait rendre le papier plus attrayant et plus sympa à lire.

    Douceur :
    Je suis bien conscient qu’un article est toujours plus agréable à lire s’il profite d’un ton humoristique. J’ai d’ailleurs fait un petit effort pour ce billet. Mais il est toujours plus facile d’être drôle lorsqu’on critique un jeu. Or mes tests sont en général plutôt positifs car je n’achète que des jeux qui sont fortement susceptibles de me plaire.
    Pour les screenshots détournés, je vois très bien ce que tu veux dire. J’essaierai peut-être d’en inclure une dans mon prochain test. Je ne sais pas encore de quoi il s’agira.

  10. Je suis plus que d’accord avec l’ensemble de ton test, néanmoins je t’ai trouvé ou alusif ou bien trop gentil avec la partie FPS du titre. Sincèrement, au delà du respawn et des sentiment de rages qu’il provoque, les gunfights sont vraiment ratées. A aucun moment dans le jeu je n’ai eu du plaisir à dézinguer le moindre mec, sauf lorsque je pouvais buter à bout portant un pauv’ type désarmé entre les deux yeux… C’est pourtant simple: les armes ne donnent aucune impression de puissance, les balles ne font pas de dégat (même contre des mecs torse nu !) et l’iron-sight est tout simplement raté (combien de fois on doit retirer l’oeil du viseur pour s’apercevoir que le mec n’a pas pris ses balles ?). A la limite le respawn aurait moins posé de problème si la base même des combats n’était pas aussi lourdingue !

    Quant à tous les handicaps que tu as cité, je suis d’accord… le plus “drôle” (enfin, le plus rageant), ce sont ces situations où l’on veut sniper tout le monde mais que comme ces abrutis de mercenaires nous foncent dessus on se retrouve à tirer au fusil de précision sur des cible à moins de 5 mètres… et la deuxième arme vous me direz ? On est obligé de prendre un vieux flingue qui inflige encore moins de dégats ! (Pistolet à bille ?) Ajoutez à cela le respawn de la jeep d’un gars qui patrouille inlassablement dans le coin et qui n’a pas d’autre réflexe que de vous foncer dessus par derrière et vous apprendrez à contrôler votre pétage de plomb pour ne pas balancer votre écran par la fenêtre.

    Douceur :
    Tout à fait d’accord avec ce que tu dis. Pour être à peu près polyvalent dans les combats, j’ai vite opté pour un sniper (Dragunov) et un pistolet-mitrailleur (Mac 10) en deuxième arme. Ça permettait d’être à la fois au four et à moulin, si j’ose dire.

  11. tu fais partie d’une rédaction ? fouchtra !

    sinon c’est con avec un sdk ca ferait longtemps que ce jeu serait sauvé ; putain de gachis de décisionneurs nobrain, il doivent être vert ceux qui ont bossé dessus et pensent comme nous

  12. Chez moi il était carrement moins fluide que Crysis.

    Douceur :
    Tu as donc un léger souci. Enfin, quand je parle de fluidité, c’est les deux jeux TAF ; pas Crysis tout en low contre Far Cry tout en very high.

  13. Je suis pas tout à fait d’accord. Les sensations FPS sont complètements ratées, mais niveau immersion, c’est assez réussi. Y a pas mal de bonnes choses, l’environnement très ouvert par exemple (dès qu’on quitte la jungle et arrive en bordure de désert l’espace s’ouvre énormément), le body awarness est je trouve juste assez présent sans être envahissant.

    Les missions sont répétitives, mais comme elles font valdinguer d’un bout à l’autre de la carte, on a pas l’impression de trainer dans les deux mêmes coins (chose que j’ai ressentie dans STALKER après un moment). Les valises de diamant sont l’équivalent justement des planques de stalker, ça fait voir du pays et explorer un peu, et c’est un plus dans les zones ouvertes. Oh, et puis c’est beau, même si c’est pas du crysis.

    Dommage que niveau sensations de shoot, ça soit complètement largué et que y ait si peu de variété. Les respawns en boucle sont bien chiants aussi, et l’histoire est complètement déconnectée. N’empèche que j’ai pas regretté de l’avoir acheté, c’est pas un jeu torché, c’est juste un peu bancal dans les coins.

  14. Le studio Ubi de Montréal est responsable du très bon Splinter Cell Chaos Theory. J’attendais ce Fra Cry 2 avec impatience, persuadé qu’il allait tout exploser . Je suis fan du premier, qui est pour moi l’un des trois ou quatre meilleurs fps solo.
    Au jour d’aujourd’hui (ça ce dit vraiment?) je ne l’ai toujours pas acheté, je ne l’ai pas télécharger, j’y ai pas joué. Je suis dégouté.
    Quant à Crysis, il est excellent mais manque un peu de charisme.

  15. Mais en mettant le jeu en noclip/godmode pour éviter les allers-retour chiant, ça doit devenir cool non?

  16. Chaka a dit :
    Mais en mettant le jeu en noclip/godmode pour éviter les allers-retour chiant, ça doit devenir cool non?

    Bof… Un peu certes mais même les combats se révèlent vraiment chiants à la longue (ennemis increvables et visant super bien, armes ultra-chiantes, etc.)

  17. Par ailleurs j’ai trouvé que l’atmosphère de guerre civile était absolument pas crédible, irréaliste et artificielle. Pas un civil, des mercenaires qui se partagent très poliment un pays entier pour les besoins du gameplay sans que la situation bouge d’un iota pendant le jeu.

    Douceur :
    Là aussi tout à fait d’accord. Le plus marrant, c’est de voir que les deux factions, ennemis jurées, ont leurs QG qui se situent juste en face l’un de l’autre.

  18. En recherchant “bug afrique” sur dailymotion :/

    Douceur :
    Excellente, cette vidéo. De mon côté, j’ai eu quelques uns des bugs et glitches qui y sont présents : le mec qui te regarde mais ne te tire pas dessus et le mec qui tire dans une direction opposée à toi mais te touche tout de même. On peut aussi mettre en avant la faiblesse de l’IA très faiblement ; exemple : tu es en voiture et tu vois une autre voiture au loin (qui ne t’a pas encore vu, donc) se dirigeant vers toi. Tu t’arrêtes, sors de ta voiture et te cache derrière (ta voiture est toujours en plein milieu de la route). Eh bien la voiture de patrouille passera à côté de toi sans te voir, puisque tu es super bien caché !

  19. Daccord avec l’ensemble, sauf pour la malaria. J’ai trouvé ca génial la première fois que ca m’est arrivé, en plein combat isolé vers le nord, je me suis vraiment retrouvé dans la merde… Et c’est le seul moment où j’ai ressenti quelque chose dans le jeu, mis à part de la lassitude.

    T’as oublié de parler d’un truc aussi: le level design à vomir pour le gunfight.

  20. Le jeu à un bon fond mais plein de réglages pourris.

    Ton papier est super Douceur, j’aime bien le dialogue.

    Edit: Et les arbres ne repoussent pas dans Far Cry 2, ou alors à vitesse rééle, j’ai passé 10 jour + 10 nuits après avoir pété un arbre et il était pareil qu’avant.

  21. je m’en branle du jeu mais j’ai trouvé bien rigolo ton dialogue fictif entre dévs.

  22. SPTX a dit :
    Chez moi il était carrement moins fluide que Crysis.
    Douceur :Tu as donc un léger souci. Enfin, quand je parle de fluidité, c’est les deux jeux TAF ; pas Crysis tout en low contre Far Cry tout en very high.

    Je tweak toujours mes jeux pour obtenir le meilleur rapport qualité visuelle/framerate, et crysis est plus beau tout en étant parfaitement fluide, pour farcry 2 j’ai dût faire d’affreux compromis.

  23. Douceur a dit :
    Après avoir testé Assassin’s Creed et le dernier Prince of Persia, je me rends compte que le studio est très fort pour ce qui est d’oublier qu’un bon jeu est un jeu varié. Si la pilule de la répétitivité passe bien avec les deux premiers titres, elle en dévient écœurante avec Far Cry 2.

    C’est vrai que ces trois titres ont cela en commun, mais quand on voit le progrès qu’il y a eu en deux ans entre les deux volets d’Assassin’s Creed, je me dis que si les dev. de Far Cry 2/3 prennent également en compte les remarques qui ont été faites au sujet de leur jeu, ça pourrait donner quelque chose de vraiment bien au final.

  24. @SPTX : Ouais, t’as un truc qui coince quelque part. J’ai toujours joué avec les deux à fond, j’ai rarement plus de 70 FPS sur crysis, jamais moins de 80 sous FC2

  25. Chez moi pareil, Far Cry tourne à fond sans problème et pas Crysis.

    Douceur :
    Comme chez 99,99% des utilisateurs… sauf SPTX.

  26. En fait tu peut rajouter 0.01% si tu vire SPTX :D

Ne trollez qu'avec modération. Merci.

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

w

Connecting to %s

%d bloggers like this: