Grand Theft Auto IV, sérieusement vôtre

Comme beaucoup de joueurs, j’ai toujours été un immense fan de la série des Grand Theft Auto, et plus encore depuis le passage à la 3D. Le dernier en date, le quatrième, marque également un passage, celui vers la next-gen. C’est ici au tardif et controversé portage PC que je m’intéresse.

Pour changer un peu, et surtout parce que ça va me permettre d’organiser un peu tout le bien que je pense de ce jeu, j’ai décidé de créer des paragraphes dédiés à chaque composante d’un jeu : scénario, réalisation, gameplay, durée de vie, multijoueur.

Le scénario : Niko le belliqueux

Rapide pitch pour les paumés : dans GTA IV on incarne un homme de l’Europe de l’Est, Niko Bellic, qui vient retrouver son cousin aux États-Unis pour (tenter de) vivre le rêve américain, mais aussi pour une autre raison, bien plus sombre. Dès le départ, on se rend compte de l’orientation prise par ce nouveau volet de la série ; GTA IV adopte un ton résolument sérieux, et s’éloigne ainsi du grand n’importe quoi qui se dégageait de San Andreas. On a ainsi affaire à un jeu mature et sans excès. Comme toujours pour la série, les doublages (en version originale sous titrée, of course) sont de qualité, tout comme la mise en scène. On obtient au final une véritable fresque de l’épopée de Niko à Liberty City (ville ayant peu de rapports avec celle de GTA III et qui se veut la reproduction plus ou moins fidèle de New York), avec deux fins possibles, chacune ayant son propre intérêt. Ce côté sérieux, certains pourront le regretter en arguant que le titre est moins fun que ses prédécesseurs. Ils auront peut-être raison, mais il n’empêche que ce GTA est pour moi, et de loin, le plus plaisant à jouer.

L’histoire principale, si elle est brillamment orchestrée, ne constitue pas l’intégralité du jeu. Tout autour gravitent un nombre conséquent de personnages secondaires tout plus stéréotypés les uns que les autres : le rasta et son halo de fumée, le rappeur repenti, l’homosexuel qui s’habille en rose, le roi de la gonflette, etc. Il faut également signaler le rôle des médias, qui s’offrent à vous par de nombreux moyens : panneaux dans la rue, journaux, radio, télévision, Internet. À cet égard, entendre à la radio le bilan d’une fusillade à laquelle on vient de prendre part, c’est toujours un sacré plus pour l’immersion.

La réalisation : le renouveau tant attendu

Rockstar a de ce point de vue-là réalisé un travail impressionnant. Avec le moteur RAGE (pour Rockstar Advanced Game Engine) couplé au moteur Euphoria (qui s’occupe des animations), GTA IV a de la gueule, et surtout un style qui lui est propre. Les mouvements des personnages, grâce au second moteur cité, font preuve d’une crédibilité rare, offrant un petit plus au jeu. Pour le reste, les graphismes ne transcendent pas (sauf peut-être les véhicules, fort bien modélisés), mais l’on s’aperçoit vite qu’il était difficile de faire mieux : la ville, immense, est accessible dans son intégralité sans aucun temps de chargement, et surtout, elle fourmille de détails. Où que vous alliez, vous sentez que les développeurs y ont mis du leur. Ceci est valable pour la ville en elle-même, mais également pour ses habitants : certains discutent par petits groupes, balaient le trottoir, fond du lèche-vitrine, lisent le journal, mangent, réparent leur voiture, prennent des photos, sortent leur parapluie ou courent sous leur journal lorsqu’il pleut, font du tai chi dans un parc, … Pour faire simple, je n’avais jamais vu un monde aussi vivant que celui de Liberty City, d’autant plus que les rues ne sont plus désertes comme auparavant, mais les flux humains et automobiles varient selon l’heure. Bref, on s’y croit, et on ne s’en lasse pas.

Pour la bande-son, pas de grosse surprise face à un GTA. Les doublages sont réussis, tous les petits bruits de la ville également, et la playlist des radios est bien fournie. D’ailleurs, on notera que cette version PC propose l’ajout d’une nouvelle station, Independence FM, qui permet d’écouter vos propres morceaux. C’est tout con, mais c’est génial.

La controverse, à la sortie de ce portage PC, portait sur son optimisation. Je ne sais pas comment le jeu tournait alors, mais aujourd’hui, avec les derniers patches, sur une machine correcte, j’aurais tendance à comparer GTA IV à Crysis : un framerate plutôt bas avec presque tous les détails au maximum, mais en contrepartie le titre est tout à fait jouable autour des 30 FPS. De très nombreux tweaks existent, mais aucun ne m’a vraiment convaincu. Côté stabilité, c’est du tout bon également : aucun bug à signaler sauf exception des missions finales où il m’a fallu ruser pour passer un QTE buggué.

Le gameplay : aux petits oignons

Avant toute chose, je tiens à préciser que l’intégralité du solo a été faite avec un pad Xbox 360, bien évidemment reconnu immédiatement par le jeu. J’utilise le clavier et la souris pour le multijoueur uniquement, car la visée au pad, c’est pas vraiment ça.

Si l’on veut résumer au maximum, on peut dire que le gameplay de GTA IV est le même que les précédents, mais en mieux. C’est-à-dire que l’on alterne posément phases à pied et en véhicule, sans vraiment s’en rendre compte. Pour les véhicules (essentiellement des voitures), Rockstar a eu l’idée de leur mettre des suspensions en mousse et une direction rigide. Déroutante au début, la conduite nous fait vite comprendre qu’il est nécessaire de prendre son temps et de ne pas rouler n’importe comment. D’ailleurs, les trajets en taxi sont fortement recommandés car pas chers et rapides.

À pied, l’innovation majeure est celle de la couverture. Votre personnage peut désormais se mettre à couvert derrière à peu près tout, et même viser au jugé. La visée automatique a également été améliorée, et il est désormais très facile d’enchaîner les headshots, même au pad. Ainsi donc, on obtient des fusillades bien moins aléatoires et brouillones que celles des anciens GTA. Cela rend sûrement le jeu plus facile, mais également beaucoup plus agréable à jouer.

La durée de vie : pas déçu pour un sou

Comme à l’accoutumée avec un GTA, on en aura pour son argent. Le jeu m’a coûté 24 € neuf et pour atteindre la première fin (il y en a deux), il m’aura fallu 33 heures. Le seul petit regret concerne la variété des tâches qui vous sont assignées ; vous passez l’immense majorité de votre temps à vous rendre à un point donné pour tuer un mec donné (souvent plusieurs, en fait). Cela n’empêche pas que l’aventure propose de nombreuses missions originales et d’ores et déjà cultes, telles le braquage de banque ou le ramassage des ordures. Rajoutez à cela une bonne heure pour la seconde fin (n’oubliez pas de créer une sauvegarde avant votre choix décisif) et de très nombreuses heures pour finir le jeu à 100%. Au programme de ce challenge : missions de livraison de “paquets”, assassinats, recherches de voitures, massacre de pigeons, et autres joyeusetés. Et pour les acharnés, GTA IV propose un mode multijoueurs conséquent.

Le multijoueur : plein de potentiel, mais…

Après un solo mémorable, on ne peut qu’aborder le mode multijoueur de GTA IV qu’avec une certaine appréhension. Néanmoins, je dois dire que j’ai agréablement été surpris par les quelques parties que j’ai eu l’occasion de jouer. Premier constat : les modes de jeu sont très nombreux tandis que les parties disponibles ne sont pas légion. L’absence de serveurs dédiés y est pour beaucoup. Toujours est-il qu’une fois la bonne partie trouvée, on s’amuse pas mal : deathmatch, deathmatch par équipes, courses de voitures, gendarmes et voleurs et mon préféré : missions mafia en équipe. Dans ce dernier, trois équipes s’affrontent et ont toutes les mêmes missions à accomplir (du style : aller chercher un mec, jeter des cadavres dans l’eau, etc.). Chaque objectif rempli ou frag fait gagner de l’argent à votre équipe. La première à avoir atteint une certaine somme gagne. D’autres modes de jeu existent, mais je n’ai pas eu l’occasion de les tester. Multijoueur oblige, il faut lâcher la manette et jouer de la souris, vraiment plus pratique pour viser. Contrairement à ce que je craignais : pas de lag notable ni trop de boulets sur les serveurs. J’essaierai d’organiser quelques parties sur Weplay si je trouve des personnes motivées.

Minuscule conclusion

L’enthousiasme suscité par GTA IV me fait placer le jeu en tête de liste de mes titres préférés, où il se tire la bourre avec Mafia. J’ai franchement apprécié la nouvelle orientation de Rockstar, parti un peu dans tous les sens avec San Andreas, qui reste cependant un excellent jeu. GTA IV a récemment baissé de prix et on le trouve aujourd’hui à 20 € neuf. Il vaut bien plus que ça. Attendons désormais la version PC des extensions The Lost & Damned et Ballad of Gay Tony.

Tags: ,

19 Comments to “Grand Theft Auto IV, sérieusement vôtre”

  1. Pourquoi t’être imposé le pad pour le solo ? On peut parfaitement switcher pad/ sourisclavier durant la petite animation quand on monte dans un véhicule. Et pour toutes les poursuites, si tu n’as pas envie de t’emmerder, jouer à la souris permet de buter les méchants dès les premiers 500m alors que tirer au pad en voiture m’est été presque impossible. Du moins impossible de tirer là où je le voulais.

    C’est le jeux auquel je joue dès que j’ai l’occasion, tellement il est bien. Je l’ai commencé en janvier 2009, j’ai joué 50-60heures ( je joue que quand je vais chez mes parents sans ma copine c’est à dire pas souvent), et je l’ai toujours pas fini. Mais c’est tellement bien que dès que je m’y remet je prends mon pied.

  2. Hier j’ai relancé GTA 4 original histoire de me remémorer où je l’avais laissé: 93.33% (il me manquait 2 pigeons putain de sa mère, plus quelques trucs annexes à la con) et 68 heures de jeu, il y a plus d’un an.

    Ensuite, j’ai lancé The Lost & Damned tout fraichement acheté dans le bundle “Episodes from Liberty City”, en import UK (mais en français) pour une vingtaine d’euros. Alors franchement, les DLC on peut critiquer autant qu’on veut, mais quand un studio décide de faire ça bien, c’est une merveilleuse invention.

    Dans les précédents GTA, je restais sur ma faim au terme du jeu, avec l’impression de ne pas avoir exploité la ville à son plein potentiel. Hormis peut-être dans Vice City, mais la ville était assez petite et je l’avais fini à 100% (oui, y compris paquets cachés, sauts uniques et mission ambulance).
    Bref, là c’est une réelle joie que de retrouver Liberty City avec une histoire toute neuve, une approche différente, d’autres personnages et surtout pleins de nouvelles missions. L’investissement en temps doit être réduit du côté de Rockstar et ça nous fait de quoi prolonger l’expérience de la plus belle des façons en attendant une vraie suite dans une autre ville.

  3. c’est quand même terrible d’en arriver à préférer prendre le taxi car les vehicules sont désagréables à manoeuvrer, dans un jeu où la conduite est une part importante du gameplay
    cela dit on peut modifier ca avec des mods

  4. Ceci dit, l’appréciation de la maniabilité des véhicules est propre à chacun. Perso, je trouve que le gameplay est au petits oignions et je trouve les changements dans le comportement des caisses très réussis.

  5. Oula, j’ai trouvé la conduite excellente perso, bien moins permissive que dans les précédents GTA. Le taxi c’est simplement pour réduire les temps de trajet.

    Douceur :
    Tout à fait. Dans ce test, j’indique comment se caractérise la conduite des véhicules, mais je ne la dénigre pas pour autant. Personnellement, je l’adore, et je ne prends le taxi que pour aller à l’autre bout de la ville alors que je viens de faire le même trajet en sens inverse.

  6. Je précise que seules les voix en US sont dispo quel que soit ton jeu et que “Independence FM” n’a de nouveau que le nom elle est là depuis GTA III je crois.
    Et comme Antipathique je me demande franchement pourquoi jouer au Pad ?!
    La visée auto c’est le truc tout pourris, aucune précision, ça retire l’intensité des combat et ça ne permet pas de tirer dans les pneu ou les pieds des gens pour les voix s’écraser comme des bouze.
    Perso j’alterne pendant l’anim de “car jacking”.

    Par contre pour le reste, rien à redire, je suis d’accord avec toi, la ville est VIVANTE à mort et on peut en plus de ça interagir avec car la plupart de ce qui serait “physique” en vrai l’est dans le jeu [même si certain gros objet n’ont pas souvent l’occasion de se prendre un bus ou autre dans la face à 300 à l’heure pourbouger de 2cm].

    J’ajouterais juste une possibilité de modding vraiment cool même si pour l’instant y’a pas de grand chose à se mettre sous la dent, on a pas mal de véhicule [comme l’hélico de TBOGT :)) ], quelque armes mais 0 maps [apparemment ça misère pas mal de ce côté].

    J’ai super hâte que les Addons sortent sur PC car la ville est loins d’être totalement exploité, on est trop tenté à se balader dans les grandes avenues qu’on voit donc toujours alors qu’en sortant des routes habituelles ont a plein d’endroit super sympa comme la prison totalement inexploité [et souvent inconnu des gens] alors qu’elle regorgent de “non innocents” à buter froidement en combinaison orange.

    Bref: Un hit à posséder si votre machine vous le permet.

    Edit: Perso je trouve le conduite excellente et si tu prends le taxi, c’est pour gagner du temps car les missions te forcent souvent à voyage pendant 3 plombes.

  7. C’est véridique la hausse de perf avec les patchs? Je suis sur une 4870 (512 mo) et je trouvais ça injouable par rapport a la 360, ça m’a bien dégouté d’ailleurs, la visé est tellement plus agréable a la souris.

  8. [HS]
    Avec une 4870 512 (ati 9.11), le dernier patch et crack, c’est impec et broie littéralement une PS3 en sli avec une xbox (que c’est moche), épaulé d’un 8500 à 3.6, c’est fluide et vraiment très joli PTAF. (tout au trois quart hormis les options du haut en élévées).

  9. Très bon résumé. Pour ma part je fais tout le jeux à la souris et au clavier et les voitures ne m’ont posé des problèmes qu’au début.

    Juste un petit défaut que tu as oublié de préciser: DRM + obligation de créer un compte Rockstar Games et Live. Franchement l’installation est d’un ennuie surtout quand il faut linker les 2 liens. De plus devoir passer par une vérification du DVD qui dure longtemps et une désinstallation “propre” est vraiment abusé.

    La ville est magnifique et immense. C’est vraiment impressionnant de pouvoir aller pratiquement partout (toit des immeuble notamment pour faire un peux de snipe sur les passants…). Par contre cela manque de magasins et de lieux de divertissement (on a vite fait le tour).

    A 20 euros ce jeux est vraiment une bonne affaire (mais comme le dit drytaffin il faut avoir le pc capable de le faire tourner).

  10. >on notera que cette version PC propose l’ajout d’une nouvelle station, Independence FM, qui permet d’écouter vos propres morceaux. C’est tout con, mais c’est génial.

    c’est pas neuf, tout les GTA en 3d disposent de cet option, perso, j’y mettais des raccourcis vers tout mes mp3 (ce qui faisait souffrir mon pc sous san andreas d’ailleurs)
    c’est d’ailleurs ce qui m’a permis de passer des heures sous ces jeux, le soir, tu rentres, tu peux écouter ta musique tout en jouant un peu, parfois je prenais plaisir simplement en me baladant en caisse dans la ville en écoutant ma musique

    >La visée automatique a également été améliorée, et il est désormais très facile d’enchaîner les headshots, même au pad. Ainsi donc, on obtient des fusillades bien moins aléatoires et brouillones que celles des anciens GTA. Cela rend sûrement le jeu plus facile, mais également beaucoup plus agréable à jouer.

    le pad caylemal, j’ai joué à tout mes GTA sans jamais utilisé un pad
    je en comprend pas d’ailleurs le plaisir que tu peux prendre si le jeu joue pour toi

    >Pour les véhicules (essentiellement des voitures), Rockstar a eu l’idée de leur mettre des suspensions en mousse et une direction rigide. Déroutante au début, la conduite nous fait vite comprendre qu’il est nécessaire de prendre son temps et de ne pas rouler n’importe comment.

    je trouves la conduite très bien comme ça
    beaucoup plus sympa que dans III/VC/SA, et nullement “désagréable” comme jkn
    il y à un coup à prendre, c’est sur, et c’est très loin d’être réaliste, mais c’est un mieux, selon moi

    par rapport au multi, mon mode de jeu préféré fut celui ou tout les joueurs partent à pied, doivent trouver un véhicule, et finir le circuit, avec quelques armes
    ça donne des situations franchement épique

    un bon jeu ternis par un foutage de gueule des producteurs (je crois que c’est R* toronto qui a été chargé du portage, ils ont pu commencé qu’à la sortie du jeu, vers avril, pour une sortie qui était en novembre si je me souviens bien)

    >Oxymore> C’est véridique la hausse de perf avec les patchs?
    c’est très aléatoire suivant les config
    je suppose que cela se voit plus sur un quadcore, le jeu est un gouffre à ressource CPU
    perso avec: E8400@3.6Ghz (à 4Ghz ça devient vraiment “fluide-sympa” mais ma CM suit pas) et une HD4850 GS gainward, 4Go de gskill 8000mhz 4-4-4-12
    j’ai pas vraiment vu de différence avec les patchs
    peut-être que le portage des DLC améliorera la donne (plus de maturité des dev avec l’expérience du portage précédent)

  11. aucun bug à signaler sauf exception des missions finales où il m’a fallu ruser pour passer un QTE buggué.

    Ah, il y a moyen de ruser ? Comment t’as fait ?

    Douceur :
    Ne me demande pas le pourquoi du comment, mais si tu lances un enregistrement vidéo avec Fraps, le QTE passe tout seul.

  12. Je confirme que passer d’un dual core, quelle que soit sa puissance, à un quad core acceptable (2.5gz ou plus), c’est le jour et la nuit niveau perf sous GTAIV.

  13. Et la ram ?
    J’ai 2 Go avec un Dual core 6000+ et une 4850, je peut pas profiter du jeu à fond [loin de là], je suis en moyen+ mais la difference de FPS entre les réglages n’est pas aussi flagrante que la modification graphique
    [En gros: Jeu moche = FPS moyen, Jeu moyen moche= FPS acceptable, Jeu beau= FPS pas terrible] Alors que la plupart des jeux c’est pas comme ça
    [Jeu moche= Fluide, jeu moyen= Jeu moyen fluide, Jeu beau= FPS pas cool].

    Je pense prendre 4 Go de ram en passant sous Seven, ça aidera ?

  14. en dehors de la fréquence du processeur et de la ram vidéo, je suis pas sur que les autres composants jouent beaucoup sur le framerate de GTA 4.

  15. en dehors de la fréquence du processeur et de la ram vidéo, je suis pas sur que les autres composants jouent beaucoup sur le framerate de GTA 4.

    Détrompes toi. En lançant l’analyseur de performance sous seven avec 2go de ram j’atteins un minimum de 92mo de ram accessible et 255mo en moyenne. Alors que j’ai un 4 core a 3ghz et 896mb de ram vidéo. Je pense qu’il faut au moins 3go de ram pour éviter des chutes de framerate lors ce qu’il beaucoup de circulation ou de grand immeuble.

  16. Ah ok, c’est bon à savoir. Je me détrompes immédiatement!

  17. Sérieusement, avec vista,et surement seven, 2 giga sont insuffisants, je swappais sous stalker 2; crysis 1 2, maintenant avec 3.25 gig, mon disque dur ne gratte plus (lumiere DD qui reste allumé en bleu et micro freeze ou gros freeze pendant le jeu pour ceux qui peut être ne savent pas que manque de ram = freeze pendant un gros jeu)

  18. Moi j’ai toujours UN freeze au lancement de la plupart des mes jeux [TF², GTA IV, Grid], un gros freeze de 3-5 secondes qui n’arrive qu’une fois, ça vient de la ram ça ?

  19. comment con allume les lumière sur l’hélicoptère du FBI dans IV

    Douceur :
    Je ne suis pas sûr qu’on puisse le faire.

Ne trollez qu'avec modération. Merci.

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s

%d bloggers like this: