Erasmus, t’es baisé

Ou comment les universités françaises se foutent ouvertement de la gueule des étudiants en séjour à l’étranger.

Pour commencer, je vous retranscris ici une correspondance électronique que j’ai eu avec le secrétariat de mon université (Cergy-Pontoise, dans le Val d’Oise). J’ai enlevé les noms et supprimé les formules de politesse.

Moi :
Je suis actuellement étudiant Erasmus à la faculté de Grenade (Espagne), en troisième année de licence de droit et je souhaiterais savoir comment fonctionne exactement le système « d’équivalence » des notes mis en place par la faculté de Cergy-Pontoise. Mon questionnement s’articule autour de deux interrogations concrètes :
1) Les notes sont-elles transférées directement de la faculté d’accueil à celle de Cergy-Pontoise, ou les étudiants doivent-ils se voir délivrer un relevé de notes (ou équivalent) à vous envoyer par la suite ?
2) Par « système d’équivalence des notes », doit-on entendre un nivellement vers le bas des notes obtenues à l’étranger ?

Le secrétariat :
1) Les étudiants de l’UCP [Université de Cergy-Pontoise] doivent revenir avec le relevé de notes.
2) Si les notes sont sur 10 nous X par 2 dans la limite des notes attribuées à l’UCP (nous mettrons rarement un 18/20, 20/20)

Moi :
A propos du nivellement des notes, j’ai d’ores et déjà obtenu deux fois 9/10 (entre autres notes), dois-je en conclure que la multiplication par deux ne sera sûrement pas effective ?

Le secrétariat :
A ce niveau, nous X par 1.8 ce qui donne 16.2.

Moi :
Pourrais-je connaître la justification de cet abaissement, qui ne nous a d’ailleurs jamais été notifié expressément ?

Le secrétariat :
En France, les enseignants mettent rarement 20/20 ou 19/20 C’est une question de cohérence.

Moi :
J’entends bien. Mais en quoi l’Université de Cergy-Pontoise est-elle légitimée pour procéder à un tel nivellement des notes ? Rien n’a jamais été signé dans ce sens.

Le secrétariat :
C’est une décision qui a été prise par Mme X. [notre doyenne, autrement dit Dieu tout puissant] pour l’Espagne notamment car les notes étaient très élevées par rapport aux notes attribuées en France et ce dans un soucis (sic) d’harmonisation.

Ainsi donc, les notes des étudiants Erasmus partis en Espagne (et uniquement ceux-là) seront soumises à un système d’équivalence. Notez l’euphémisme pour ne pas dire abaissement des notes. Après m’être informé auprès d’autres étudiants français, il s’avère que cette pratique est monnaie courante dans les facultés françaises, en tout cas en droit. Mais là où ma faculté a fait fort, c’est que nous n’avons jamais été avertis de ce système. C’est d’ailleurs suite à un bruit de couloir que j’ai envoyé le premier email au secrétariat, fin mars.

L’université justifie cette connerie en constatant que les notes en Espagne sont trop élevées. Oui, trop, parce qu’un étudiant en droit n’a apparemment pas le droit d’avoir des bonnes notes. Ce serait contraire au système universitaire français, qui préfère sanctionner plutôt qu’encourager. Un magnifique raisonnement, n’est-ce pas ? Heureusement pour tout le monde, il est légitimé par un « souci d’harmonisation ». L’honneur est sauf.

Pour nuancer mes propos, je préciserais néanmoins qu’étudier le droit en Espagne est beaucoup plus facile qu’en France : des cours maigres, peu de travail à faire à la maison, et des examens à la limite du ridicule (ils ne connaissent ni les dissertations ni les commentaires d’arrêt, par exemple)… Mais faut-il rappeler qu’on se retrouve dès le début de l’année en territoire inconnu : dans un pays que l’on ne connaît pratiquement pas, avec une langue que l’on ne maîtrise pas, et en suivant des cours totalement différents de ce que l’on a pu voir auparavant, sans oublier qu’en droit, le contenu diffère largement d’un pays à un autre. Bref, il faut un temps d’adaptation pour prendre ses marques et suivre correctement les cours et toute la vie autour.

Mais de tout cela, l’administration universitaire n’en a cure. Imaginez donc, un élève qui aurait des bonnes notes ! Le scandale ! Rassurez-vous, mon capitaine, à leur retour, on va leur jeter à la figure notre génialissime système d’équivalence, ça va les refroidir. [Rires sadiques.] Pour résumer, les universités françaises proposent des séjours à l’étranger, mais n’assument pas leurs conséquences. Mesdames et Messieurs de l’administration des facultés : si vous ne jouez pas le jeu des échanges internationaux, arrêtez d’en proposer.

Une camarade de ma faculté a récemment fait un petit séjour en France et en a profité pour parler de visu avec tous ces charlots. Résultat : elle a frôlé le conseil de discipline parce qu’elle a osé protester. Non mais vous vous rendez compte ? Quel affront, au bûcher, sorcière ! Pour (tenter de) nous faire passer la pilule, l’université nous a assuré que les prochains étudiants à partir à l’étranger seront désormais prévenus du système d’équivalence. Ça nous fait de belles jambes.

Aujourd’hui, le seul moyen possible de faire pencher la balance serait un recours devant le tribunal administratif, mais avons-nous le temps et les moyens de se lancer dans un litige hasardeux, d’autant plus que nous nous trouvons en Espagne ? Au final, on s’est bien fait baisés. Bravo les gars, je risque de passer à côté de ma mention à cause de vos conneries.

81 Comments to “Erasmus, t’es baisé”

  1. Je trouve cela plutôt normal pour ma part.

  2. T’inquiète, moi après un Erasmus à Cadix, j’ai du refaire 6 mois en france, alors chiale pas.

    J’étais dans l’informatique.
    J’étais à la même enseigne que les espagnols. Et j’ai pas eu un semestre.

  3. Ça doit être surtout le cas en droit. En lettres et en psycho, je me souviens que si ta copie valait 18 ou 19, ben on te les mettait, et il n’y avait pas d’incohérente histoire de « cohérence ». De la même façon, je suppose que cette réflexion n’a pas sa place dans les matières scientifiques où une bonne réponse vaut un point, et puis ce n’est pas autrement.
    D’autre part, ils devraient partir du principe que c’est plus compliqué d’avoir une bonne note dans une langue dont tu n’es pas locuteur de naissance, enfin ça paraît plus logique.

  4. t’as eu un 18 au lieu de 20 !
    qu’est ce qu’ils font chier ces étudiants …

  5. 1. Y a pas qu’en droit que les études sont plus faciles en Erasmus en Espagne, faut pas déconner non plus y a pas mal d’abus dans le sens des étudiants.
    2. Ah ben ouais, en Erasmus tu pars dans un pays étranger où il y a de fortes chances que les gens ne parlent pas la même langue. Exigez un traitement particulier pour une décision prise par l’étudiant de se compliquer la vie (ce qui n’est pas vraiment le cas dans les faits) n’est pas juste.

    Ca me rappelle le super raisonnement d’une copine qui est partie en Erasmus et qui trouvait qu’elle devait réussir l’année automatiquement parce que c’était déjà assez compliqué comme ça administrativement et de trouver les sous et tout.. Et celui d’un pote chercheur à l’univ qui lui pête un plomb avec ces branleurs d’Erasmus et a failli étrangler l’autre fille en question.

    Paye ton mojito.

  6. Aliocha a dit :
    Ça doit être surtout le cas en droit. En lettres et en psycho, je me souviens que si ta copie valait 18 ou 19, ben on te les mettait, et il n’y avait pas d’incohérente histoire de « cohérence ». De la même façon, je suppose que cette réflexion n’a pas sa place dans les matières scientifiques où une bonne réponse vaut un point, et puis ce n’est pas autrement.
    D’autre part, ils devraient partir du principe que c’est plus compliqué d’avoir une bonne note dans une langue dont tu n’es pas locuteur de naissance, enfin ça paraît plus logique.

    J’avais 16 de moyenne aux US l’an dernier, je suis en LLCE anglais, et ça m’a pas empêché de me retrouver avec un 11 sur mon relevé de note une fois passé par le secrétariat de mon université d’origine. Sur les conseils de mon père j’avais fait un courrier argumenté et accompagné de tous mes relevés de notes depuis ma 1ere année de licence au président de mon université (pour les recours comme ça faut taper au plus haut, le président est responsable de tout ce qui est délivré par son université, y compris les relevés de notes) et on m’avait dit que c’était normal et que c’était un ajustement pour refléter le niveau réel des étudiants. Sauf que je suis loin d’avoir 11 de moyenne à la fac.
    L’Université Française se croit la meilleure au monde et pète plus haut que son cul.

  7. Quelques précisions en rapport avec les commentaires précédents :
    – Ce qui m’énerve le plus, c’est que les étudiants ne sont pas prévenus que leurs notes seront baissées à leur retour en France. L’honnêteté, ils connaissent pas dans les universités françaises.
    – On dit souvent que les étudiants Erasmus sont largement favorisés par rapport aux étudiants nationaux. C’est faux. Pour s’en convaincre, il suffit de regarder les résultats ne n’importe quelle matière : les Erasmus peuvent avoir de très bonnes notes mais aussi de très mauvaises. La plupart du temps, les étudiants français s’en tirent bien car l’enseignement du droit en France est très pointu. Ce n’est pas le cas en Italie, par exemple…
    – Ce billet est essentiellement à caractère informatif. Je râle, certes, mais je tiens surtout à avertir les éventuels futurs étudiants internationaux.
    – Les mojitos, c’est trop bon.

  8. @Jeanjean >>
    Donc, c’est normal de baisser les notes ? Si on dit que les études sont plus faciles en Espagne, mais que c’est équilibré par la difficulté linguistique, ça n’a aucun sens…
    Ça ressemble surtout à du mépris pour l’enseignement espagnol, or, Granada est dans le top 500 des meilleures universités tandis que Cergy n’y est pas.

  9. Ouin-Ouin

  10. Tout le monde s’en fou des notes que tu as obtenu, c’est pas marqué sur ton CV. Si tu es compétant ca se verra rapidement.

  11. En medecine, c’est cool les Erasmus : j’aime les étudiants de l’est qui m’explique de la Physio avec un accent russe x)

    Sinon, au lieu de passer ton temps sur des mods HL : bosse plus §§§

  12. El_Porico a dit :
    Tout le monde s’en fou des notes que tu as obtenu, c’est pas marqué sur ton CV. Si tu es compétant ca se verra rapidement.

    Une mention pour rentrer dans un master c’est pas forcément inutile.
    Le problème dans tout ça c’est aussi qu’on dit a tout le monde “partez a l’étranger c’est enrichissant etc” mais qu’au final les étudiants sont dégoutés, on pénalise ceux qui se sortent les doigts du cul.

  13. Oui enfin faut pas déconner non plus hein. Les étudiants devraient pas se plaindre d’être en terre étrangère, c’est leur choix, effectivement. Par contre c’est l’uni qui propose ces programmes d’échanges, et du coup, c’est leur responsabilité d’accepter les notes prodiguées par l’uni étrangère.

    Se mettre a baisser les notes comme ça, c’est quand même un peu n’imp, et pas franchement tres académique comme façon de noter les étudiants.

  14. Je me plains pas mais je me suis quand même endetté pour 5 ans et séparé de tous mes proches pendant un an, c’est pas rien non plus.

  15. Haha, aux beaux arts en Allemagne, on passe au secrétariat avec notre carte d’étudiant, et le lendemain on a nos crédits!!

  16. Et attends ta future inscription en France, de ma licence aux Pays Bas, avec mon beau diplôme traduit en anglais, j’ai passé 2 semaines pour réussir à m’inscrire en Maitrise en France, parce que tu comprends (ok c’était en 2000) la case “étudiant en Erasmus l’année précédente” n’existait pas sur le logiciel informatique de mon université…

    Sur un CV ça claque Erasmus, même s’il faut reconnaître enfin dans mon cas que mon année universitaire à l’étranger ressemblait furieusement au film l’Auberge espagnole… M’enfin peut-être que mes recruteurs n’avaient eu vent de ce film car lors de mon embauche l’argument Erasmus, étude dans une langue étrangère, capacité d’adaptation, etc. a été valorisé par mon interlocuteur…

  17. [quote]
    @Jeanjean >>
    Donc, c’est normal de baisser les notes ? Si on dit que les études sont plus faciles en Espagne, mais que c’est équilibré par la difficulté linguistique, ça n’a aucun sens…
    Ça ressemble surtout à du mépris pour l’enseignement espagnol, or, Granada est dans le top 500 des meilleures universités tandis que Cergy n’y est pas.
    [/quote]

    Absolument pas! Surtout depuis Bologne, il devrait être de plus en plus aberrant de modifier les notes ou d’opérer une équivalence. Ce qui ne me va pas c’est l’argument “oué mais je suis à l’étranger, c’est compliqué, soyez plus gentil..”.

    Note: je suis plus aux études et à l’époque où j’y étais c’était encore considéré un peu comme du luxe.. y avait ceux qui pouvaient se le permettre et les autres..
    Note2: et je suis en belgique, si ça peut aider à mieux visualiser.

  18. Je comprends pas trop le rapport entre le fait que ton université d’accueil soit de meilleure qualité que celle d’origine, et que tu sois victime d’une harmonisation. Tu le dis toi-même les examens sont plus simples, les notes plus hautes.
    Si tu reviens en France pour postuler à je ne sais quelle école, et que tu grilles la place d’une personne à un dixième de point prêt, dans le cas ou tes notes n’auraient pas été rééquilibrées .. tu ne crois pas qu’il serait lésé?

    Par contre je suis d’accord avec toi sur le fait qu’ils auraient pu vous renseigner avant.
    J’ai connu des étudiants qui étaient parti en Scandinavie et qui ont eu droit à des coefficients positifs.

  19. “L’Université Française se croit la meilleure au monde et pète plus haut que son cul.”

    Ouais, et je tiens a noter que :

    1 – l’université française produit une bonne paire de branques quand même. (testé et approuvé dans le cadre professionnel).
    2 – Que malheureusement, une part d’entre vous qui discutez de vos notes là… vous ferez partie de ces gens qui pèterez plus haut que vos culs. 18 à la place de 20… mon dieu, on ne vous considèrera jamais comme doués quand vous arriverez dans le monde professionnel si vous n’avez pas 20 ; c’est certain.

  20. Ouais , n’empeche que la fac française est une putain d’abération, en tout cas la mienne, j’aurais jamais pensé que je detesterais plus les études supérieures que le collège…

  21. 2 – Que malheureusement, une part d’entre vous qui discutez de vos notes là… vous ferez partie de ces gens qui pèterez plus haut que vos culs. 18 à la place de 20… mon dieu, on ne vous considèrera jamais comme doués quand vous arriverez dans le monde professionnel si vous n’avez pas 20 ; c’est certain.

    Mmmmh, la question, c’est qu’il n’y a pas que le monde professionnel dans la vie, il y a aussi les études, et tu es parfois censé avoir des meilleures notes que tes camarades pour passer au level suivant. Quand tu vises un doctorat à long terme, ça fait sens.

  22. @Aliocha
    “Ça ressemble surtout à du mépris pour l’enseignement espagnol, or, Granada est dans le top 500 des meilleures universités tandis que Cergy n’y est pas.”

    Tu parles du classement de Shanghai là? Mais LOL quoi… Un classement des universités fait par les Chinois, soyez sérieux les mecs. Et je parle en connaissance de cause.

  23. Aliocha a dit :
    Ça doit être surtout le cas en droit. En lettres et en psycho, je me souviens que si ta copie valait 18 ou 19, ben on te les mettait, et il n’y avait pas d’incohérente histoire de « cohérence ». De la même façon, je suppose que cette réflexion n’a pas sa place dans les matières scientifiques où une bonne réponse vaut un point, et puis ce n’est pas autrement.

    En Science on a des majors de promo dont la note est inférieure à 16. Cette année la meilleure note était 14,5 au premier semestre.
    Les examens sont inutilement difficiles, ça n’est même plus un contrôle de connaissances tellement c’est pointilleux. Et dans tout ce qui est rapports à rendre, 12 est considéré comme une bonne note, pour avoir un 14 ou un 15 faut batailler, avoir plus est rare. On n’a quasiment jamais de correction, donc dur de savoir où partent les points ni comment s’améliorer.

    Je ne sais pas quels consignes ils ont reçu, mais les notes et les examens sont extrêmement frustrants.
    (Peut-être que je vais dans une école d’ingénieurs l’année prochaine, avant de revenir pour un doctorat. Je verrai bien comment ça se passe chez eux par rapport à la fac)

    J’avais déjà fait les frais d’un système comme ça au Lycée, j’étais dans un excellent Lycée qui se paluchait devant ses stats au bac. Les profs disaient “on note plus sévère mais les autres savent qu’il faut rajouter deux points à votre moyenne”. Tu parles, les chiffres restent les chiffres, et nos grosses têtes n’étaient souvent pas acceptées dans les prépas à cause des notes trop moyennes, malgré notre niveau.

    En France ils ont trop peur de récompenser les élèves ou de leur donner des chiffres trop élevés, c’est n’importe quoi.

  24. Aliocha a dit :
    2 – Que malheureusement, une part d’entre vous qui discutez de vos notes là… vous ferez partie de ces gens qui pèterez plus haut que vos culs. 18 à la place de 20… mon dieu, on ne vous considèrera jamais comme doués quand vous arriverez dans le monde professionnel si vous n’avez pas 20 ; c’est certain.
    Mmmmh, la question, c’est qu’il n’y a pas que le monde professionnel dans la vie, il y a aussi les études, et tu es parfois censé avoir des meilleures notes que tes camarades pour passer au level suivant. Quand tu vises un doctorat à long terme, ça fait sens.

    Désolé de faire un double post, mais celle-ci aussi elle est pas mal… 18 au lieu de 20, je tiens à rappeler les circonstances… Certaines harmonisations sont scandaleuses (ramone), mais d’autres me semblent quand même tomber sous le sens, d’autant que le coefficient est évolutif apparemment…

  25. Douceur a dit :
    Pour nuancer mes propos, je préciserais néanmoins qu’étudier le droit en Espagne est beaucoup plus facile qu’en France : des cours maigres, peu de travail à faire à la maison, et des examens à la limite du ridicule

    Et tu te révoltes contre l’existance d’un système de pondération des notes…

    C’est vrai que ça serait beaucoup plus équitable pour les étudiants qui sont restés en France de te voir revenir avec des 18/20 obtenus facilement quand eux ne peuvent même pas l’obtenir en bossant comme des fous toute l’année. Faudrait peut-être arréter de ne considérer que ton point de vue.

    Ca n’enlève rien au fait leur responsabilité dans le fait qu’il n’aient pas prévenu mais sur le fond, je ne vois là rien de choquant au vu de tes propres dires.

    Douceur :
    Si tu lis la suite de cette phrase, tu verras que cette relative facilité est contrebalancée par le fait que les cours ne sont pas dans notre langue d’origine. Apprendre un texte étranger et apprendre un texte français, ça ne demande pas la même durée ni la même concentration. Et puis il restait des places, en Espagne. Ceux qui sont restés en France, on ne les y a pas obligés, hein.

  26. “je ne vois là rien de choquant au vu de tes propres dires.”

    Tu ne trouves pas absurdes que les universités FR doivent revoir les notes des étudiants à l’étranger à la baisse parce que leurs propres systèmes de notations est totalement débile ?

    Douceur :
    « Débile », le qualificatif est peut-être un peu fort. Strict, voire pénalisant serait plus adapté. En tout cas il diffère totalement d’un pays à un autre, et là on voit qu’il y a encore du boulot en Europe niveau harmonisation du système éducatif.

  27. En gros tu nous raccontes que tu vas en Espagne te la couler douce, que tu glandes et que les exams sont une farce, et ensuite tu te plains que tu n’as pas des 18/20?

    Je trouve que ce système d’équivalence est plutôt bien trouvé. Et rien ne t’empèche de montrer les notes espagnoles si un jour tu cherches du travail.

  28. C’est d’autant plus con qu’au contraire il faudrait plutôt filer une carotte au étudiants erasmus pour encourager les étudiants à passer une année à l’étranger (on est très en retard sur les autres pays de l’espace Europe).

    Et au fait, ce n’est pas parce que tu pars à l’étranger que c’est forcément plus facile hein. Au contraire: barrière de la langue mais aussi le fait que l’univ Française est bien paupérisée et tu es mieux formé ailleurs.
    Enfin dumoins ça marche pour les sciences ou beaucoup se cassent en Irlande ou GB.

  29. Fishbed a dit :

    Aliocha a dit :
    2 – Que malheureusement, une part d’entre vous qui discutez de vos notes là… vous ferez partie de ces gens qui pèterez plus haut que vos culs. 18 à la place de 20… mon dieu, on ne vous considèrera jamais comme doués quand vous arriverez dans le monde professionnel si vous n’avez pas 20 ; c’est certain.
    Mmmmh, la question, c’est qu’il n’y a pas que le monde professionnel dans la vie, il y a aussi les études, et tu es parfois censé avoir des meilleures notes que tes camarades pour passer au level suivant. Quand tu vises un doctorat à long terme, ça fait sens.

    Désolé de faire un double post, mais celle-ci aussi elle est pas mal… 18 au lieu de 20, je tiens à rappeler les circonstances… Certaines harmonisations sont scandaleuses (ramone), mais d’autres me semblent quand même tomber sous le sens, d’autant que le coefficient est évolutif apparemment…

    18 au lieu de 20 : et alors ? Un 20 est un 20, pas un 18. D’autre part, il ne s’agit pas de 18 au lieu de 20, mais de 16.2 au lieu de 18, paf, il perd sa mention.

  30. Fishbed a dit :
    @Aliocha
    “Ça ressemble surtout à du mépris pour l’enseignement espagnol, or, Granada est dans le top 500 des meilleures universités tandis que Cergy n’y est pas.”
    Tu parles du classement de Shanghai là? Mais LOL quoi… Un classement des universités fait par les Chinois, soyez sérieux les mecs. Et je parle en connaissance de cause.

    C’est vrai que si c’est chinois, c’est de la merde. En France on n’aime peut-être pas trop ce classement qui ne met pas notre incomparable enseignement supérieur à l’honneur. Mais je te rassure, Cergy n’est pas dans le classement du Times non plus.
    J’ai des arguments à l’emporte-pièce aussi : y a-t-il plus de chances qu’un bon professeur français aille dans un trou paumé comme Cergy, plutôt qu’un bon prof espagnol aille dans une grande ville comme Granada ?

    Douceur :
    Cergy n’a rien d’une fac de merde et la faculté de droit est plutôt sélective : validation obligatoire de chaque UE (Unité d’Enseignement), pas de compensation des semestres, profs compétents, etc.
    Grenade, en revanche, n’est pas super bien cotée en Espagne. Elle doit figurer sur les listes internationales car Grenade est la ville qui reçoit le plus d’étudiants Erasmus proportionnellement au nombre d’habitants.

  31. T’es gentil de répondre en éditant mais n’en profite pas pour effacer la moitié de mon message.

    Je disais donc : que tu sois confronter à une langue étrangère n’a pas a entrer en considération, montrer que tu puisses faire ce genre d’effort c’est en partie ce qui fait l’intérêt de l’Erasmus, ce serait stupide de relever par le haut les notes des étudiants en séjour à l’étranger sur ce principe puisque ça ne permettrait pas de voir qu’ils ont surmonté cette difficulté.

    Douceur :
    Je n’ai pas souvenir d’avoir effacé quoi que ce soit… Enfin, si c’est le cas je m’en excuse, ce n’était nullement mon intention.
    Et je confirme : relever les notes des étudiants internationaux serait idiot. Les laisser telles quelles serait honnête.

  32. Sauf que tu ne fais pas des études de langue donc que ce soit une langue étrangère ne change rien au fait qu’en terme de droit c’est plus facile et que tu réussis facilement une année en Espagne là ou en France tu l’aurais réussi péniblement voir raté. En plus tu le dis toi même mais le droit espagnol est très différent du droit français donc non seulement tu as des notes plus élevées que les étudiants qui restent en France mais en plus tu as pleins de connaissances inutiles et il te manque celles adapter à notre pays.

    En ce qui concerne le fait que la fac devrait prévenir je suis d’accord mais tu es autant coupable de ne pas t’être renseigné avant de partir. C’est bien gentil de se payer une année en Espagne (réputé dans le milieu étudiant pour offrir une année tranquille) mais il ne faut pas en plus vouloir être avantagé par rapport à ceux qui sont resté en France.

  33. Douceur a dit :
    Si tu lis la suite de cette phrase, tu verras que cette relative facilité est contrebalancée par le fait que les cours ne sont pas dans notre langue d’origine. Apprendre un texte étranger et apprendre un texte français, ça ne demande pas la même durée ni la même concentration. Et puis il restait des places, en Espagne. Ceux qui sont restés en France, on ne les y a pas obligés, hein.

    Je ne voie pas d’opposition majeure dans le principe d’une pondération des notes qui, pour être plus rigoureuse, pourrait, par exemple, être basée sur des statistiques des moyennes des élèves dans les deux facs. (Si dans une fac, la moyenne est de 10.5 alors que dans l’autre est à 16, cela te parait-il choquant?). Je ne voie pas d’opposition non plus à pondérer les notes obtenues à l’étranger à cause de la difficulté de la langue. Pour moi, le facteur 1.8 est juste la combinaison (apparemment faite à la louche) de ces deux facteurs.
    Toi qui prône une équivalence parfaite des notes, quid d’un étudiant espagnol qui vient en Erasmus dans ta fac?

    Et je passe sous silence l’argument “les autres avaient qu’à faire pareil si ils sont pas contents” qui n’est en rien pertinent. Il renforce juste l’impression que m’a faite ton billet à savoir la dénonciation d’un système qui dessert un peu ton cas précis en pronnant à la place un système qui avantage ton cas spécifique au détriment de la majorité.

    moSk a dit :
    “je ne vois là rien de choquant au vu de tes propres dires.”
    Tu ne trouves pas absurdes que les universités FR doivent revoir les notes des étudiants à l’étranger à la baisse parce que leurs propres systèmes de notations est totalement débile ?

    Je ne suis en rien connaisseur du système de notation des facs FR mais le problème qui est exposé ici est juste celui d’une notation non harmonisée entre deux facs. Le débat consistant à prouver que celui de la fac A est plus débile que la fac B est un autre problème dont je n’ai pas envie de débattre, car 1) je n’en suis en rien connaisseur, 2) je m’en fout royalement.

  34. Aliocha a dit :

    Fishbed a dit :

    Aliocha a dit :
    2 – Que malheureusement, une part d’entre vous qui discutez de vos notes là… vous ferez partie de ces gens qui pèterez plus haut que vos culs. 18 à la place de 20… mon dieu, on ne vous considèrera jamais comme doués quand vous arriverez dans le monde professionnel si vous n’avez pas 20 ; c’est certain.
    Mmmmh, la question, c’est qu’il n’y a pas que le monde professionnel dans la vie, il y a aussi les études, et tu es parfois censé avoir des meilleures notes que tes camarades pour passer au level suivant. Quand tu vises un doctorat à long terme, ça fait sens.

    Désolé de faire un double post, mais celle-ci aussi elle est pas mal… 18 au lieu de 20, je tiens à rappeler les circonstances… Certaines harmonisations sont scandaleuses (ramone), mais d’autres me semblent quand même tomber sous le sens, d’autant que le coefficient est évolutif apparemment…

    18 au lieu de 20 : et alors ? Un 20 est un 20, pas un 18. D’autre part, il ne s’agit pas de 18 au lieu de 20, mais de 16.2 au lieu de 18, paf, il perd sa mention.

    la “mention”?! Tu fais quoi comme études? En sciences humaines 16 t’as déjà mention très bien, à 18 tu veux quoi, “mention excellentissime tu roxx ta race viens je te taille une pipe”? Et c’est un diplomé en Master 2 mention TB qui te le dit du reste… Je te rappelle que pour un doctorat on regarde tes notes de Master, et qu’un Master ça ne fonctionne pas comme une licence, que ce soit en France ou ailleurs…
    Si Douceur lui-même pense qu’il aurait jamais eu 16 en France je vois pas pourquoi tu vas vouloir faire le justicier à sa place. La façon dont la fac procède est anti-pédagogique au possible et probablement irrégulière (Douceur à ce propos si ça t’emmerde vraiment ya toujours des recours possibles, on pourra en reparler le cas échéant mais j’imagine que tu vas pas pousser plus loin dans l’affaire?), mais j’ai vu des systèmes de compensation et d’équivalence plus injustes que ça… Pense aux gens qui reviennent d’autres pays où t’es noté sur 5 ou avec des lettres, là ya franchement lieu d’y avoir débat…

    Douceur :
    Effectivement, quand je parlais de la mention, je faisais référence à la mention « bien ». Le 9/10 était un exemple, mais il ne faut pas croire que c’est ma moyenne en Espagne. Pour le 1er semestre, je dois être à un peu plus de 7/10. La mention « bien » est donnée à partir de 14/20 et il est possible que je passe à côté à cause du nivellement des notes.
    Et quant aux recours, tu as raison, je n’ai pas vraiment envie de me lancer dans une croisade contre mon université.

  35. Blondin a dit :
    Je ne suis en rien connaisseur du système de notation des facs FR mais le problème qui est exposé ici est juste celui d’une notation non harmonisée entre deux facs. Le débat consistant à prouver que celui de la fac A est plus débile que la fac B est un autre problème dont je n’ai pas envie de débattre, car 1) je n’en suis en rien connaisseur, 2) je m’en fout royalement.

    Bah les notes en Fac c’est le même problème que pratiquement à tous les nivaux d’étude en France : noter au dessus de 12 dans un épreuve rédigée ça tient du miracle. Et on très largement en dehors du cadre de la vérification des connaissances, ça tient plus du test de compréhension du système de notation personnel du correcteur que d’autres choses parfois.

    Douceur :
    Je confirme. En gros, on est noté sur 15. Ainsi donc, quand tu obtiens un 12, tu es généralement très content, alors qu’objectivement c’est une note plutôt moyenne. Enfin, cela vaut dès le lycée pour les « sciences humaines » comme les dissertations de français ou de philosophie.

  36. Aliocha a dit :

    Fishbed a dit :
    @Aliocha
    “Ça ressemble surtout à du mépris pour l’enseignement espagnol, or, Granada est dans le top 500 des meilleures universités tandis que Cergy n’y est pas.”
    Tu parles du classement de Shanghai là? Mais LOL quoi… Un classement des universités fait par les Chinois, soyez sérieux les mecs. Et je parle en connaissance de cause.

    C’est vrai que si c’est chinois, c’est de la merde. En France on n’aime peut-être pas trop ce classement qui ne met pas notre incomparable enseignement supérieur à l’honneur. Mais je te rassure, Cergy n’est pas dans le classement du Times non plus.
    J’ai des arguments à l’emporte-pièce aussi : y a-t-il plus de chances qu’un bon professeur français aille dans un trou paumé comme Cergy, plutôt qu’un bon prof espagnol aille dans une grande ville comme Granada ?

    Rah mais merde Alioch’, si je te dis que “j’en parle en connaissance de cause” c’est pas juste une figure de style pour faire genre mec. J’ai été enseignant deux ans en fac en Chine. Là-bas le système de classement national des universités c’est le 211 – 211 établissements d’enseignement supérieurs. Ouais 211 parce que yen a 211 qui ont payé. Ma fac, le trou du cul du monde, est bien placée parce qu’elle a mis les moyens: des étudiants de toute la Chine viennent se faire enfler ici parce qu’ils ont été suffisamment naïfs pour faire confiance à un classement fait par des inspecteurs dans des conditions tout à fait équitables et représentatives: pendant la semaine des inspections, les services de bus et de taxis ont été suspendus entre le campus et l’université (10km – les profs étrangers qui voulaient partir on du prendre des taxis spéciaux à plusieurs) pour forcer les étudiants à rester dans les dortoirs; les personnels administratifs sont restés dans les bureaux et ont été logés SUR PLACE; les meilleurs étudiants qui devaient parler aux inspecteurs ont été sélectionnés et ont du apprendre par coeur leurs arguments (ma copine de l’époque était dans le tas).

    Alors merde me parle pas d’ethnocentrisme mal placé, de manque de recul culturaliste, un classement universitaire en Chine c’est du flan, et le classement de Shanghai un gigantesque business, ça aussi on le sait!

    Douceur :
    On pourrait en faire un film, de ton histoire, dis donc.

  37. Douceur :
    Effectivement, quand je parlais de la mention, je faisais référence à la mention « bien ». Le 9/10 était un exemple, mais il ne faut pas croire que c’est ma moyenne en Espagne. Pour le 1er semestre, je dois être à un peu plus de 7/10. La mention « bien » est donnée à partir de 14/20 et il est possible que je passe à côté à cause du nivellement des notes.
    Et quant aux recours, tu as raison, je n’ai pas vraiment envie de me lancer dans une croisade contre mon université.

    Oui, moi ma croisade contre la mienne m’a suffisamment épuisé comme ça, c’est le genre d’expériences que je ne conseille pas.
    Ta moyenne en L2 en France ça tournait autour de combien?

    Douceur :
    Entre 12 et 13/20. Pour la mention « assez bien », il ne devrait pas y avoir de lézard.

  38. “Douceur :
    On pourrait en faire un film, de ton histoire, dis donc.”

    J’écris le bouquin pour l’instant ;)
    Malheureusement, j’en ai autant à raconter sur la France que sur la Chine à ce niveau, et forcément pour les Français que nous sommes autant en Chine ça fait gentiment ubuesque, autant en France ça fait plutôt comédie dramatique qu’autre chose…

  39. Putain Douceur, c’est vraiment lourd ta façon de répondre. J’avais édité mon dernier message mais tu as toi même édité mes modifications sont perdus. C’est vraiment nécessaire de marquer ton territoire comme ça ?

  40. OK, pour le classement ! Faut juste retirer les universités chinoises alors :)
    Dans ce cas on n’a pas du tout de classement, comment évoluer le niveau d’une université par rapport à une autre alors ? Est-ce qu’une université plus sévère forme mieux ses étudiants qu’une université qui note bien — attention, je parle de notation plus large, pas de laxisme ?

  41. moSk a dit :
    Putain Douceur, c’est vraiment lourd ta façon de répondre. J’avais édité mon dernier message mais tu as toi même édité mes modifications sont perdus. C’est vraiment nécessaire de marquer ton territoire comme ça ?

    Tu peux toujours éditer après que moi-même aie édité, non ?
    Quand j’édite un message, je prends soin de ne rien effacer. J’ai du mal à comprendre, là.

  42. @Douceur

    Benh je te souhaite bien de la réussite. Il est vrai qu’ils aiment apparemment péter assez haut dans ton UFR (la question étant de savoir, comme ça a été rappelé, si ils pètent plus haut que leur cul – mais tu as l’air d’avoir une bonne estime pour leur réputation). Si ça peut te rassurer, il est généralement plus facile ensuite d’avoir une bonne moyenne en Master qu’en Licence, ne serait-ce que du fait de ta spécialisation, de ton emploi du temps moins contraignant et de ta liberté d’action si cela doit déboucher sur un mémoire, donc courage!

    En plus l’expérience espagnole – contrairement à ce qui a été dit plus tôt par un anonyme, et que je trouve plutôt réducteur pour pas dire autre chose – est toujours bonne à prendre: de l’XP dans un pays de l’Union, c’est la porte ouverte au droit européen ou au droit comparé en Master, et c’est franchement les branches les plus enthousiasmantes à mon sens que les études de juristes sont à même d’offrir (le droit européen étant un bordel monstre encore plein de possibilités, et le droit comparé étant assez passionnant pour le peu de droit chinois que j’ai pu aborder)

  43. On était tout les deux en train d’éditer mon message en même temps et comme tu as validé après moi mes modification sont passées à la trappe. Bref, ta façon de faire est assez désagréable en elle même (on sait que c’est ton blog, c’est pas pour autant que tu dois te sentir obliger de répondre d’une autre façon que tout le monde) mais en plus ça pose problème.

  44. Attendez les facs de droit ne sont pas en elle-même des lieu d’équité à la base ; dans la mienne, entre les élèves de promo 1 et promo 2 ( même niveau a l’entrée, même nombre d’élèves, attribution de la promo au pif) les notes ont facilement 2 points d’écart minimum. Des gens avec qui j’étais au lycée et qui étaient mauvais ont beaucoup plus que moi tout en ne bossant pas beaucoup plus, là où nous on s’arrache pour un malheureux 10.
    Et c’est pas un cas isolé ; entre les différents charger de Td, pareil, des écarts de note incroyable.
    Alors la notation en France, on peut en parler longtemps.

    Douceur :
    En fac de droit, on a ce que j’appelle le problème de la « loterie ». Un chargé de TD peut te faire avoir ou rater ton année selon s’il est clément ou très stricte. C’est assez dur à accepter au début, puis on fait avec.

  45. moSk a dit :
    On était tout les deux en train d’éditer mon message en même temps et comme tu as validé après moi mes modification sont passées à la trappe. Bref, ta façon de faire est assez désagréable en elle même (on sait que c’est ton blog, c’est pas pour autant que tu dois te sentir obliger de répondre d’une autre façon que tout le monde) mais en plus ça pose problème.

    Je précise qu’il n’y a aucune volonté de « marquer mon territoire ». J’utilise ce procédé car ainsi je réponds individuellement à chaque commentaire. C’est plus pratique, je trouve, que de citer un peu tout le monde en me mélangeant avec les autres commentaires.
    En outre, c’est la première fois que ça pose problème de cette façon.
    Enfin, si vraiment je reçois des milliers d’emails de menace, je changerai de système.

  46. Je connais le niveau de difficulté des examens en Espagne. Il suffit de bien bosser 2j et tu tapes le 9/10 ou 10/10 sans difficultés. Sachant qu’en plus tu te pointes à l’examen avec déjà 3-4 pts sur 10 car ils prennent en compte la présence en cours (précence en cours= 1 pts zlol) et un dossier écrit fait à l’arrache (qui a dit copier/coller wikipédia?)

    En droit, c’est simplement des questions de cours ultra basique (quand c’est pas des QCM faciles), alors qu’en L3 année ou en M1 le système français impose cas pratiques/commentaires d’arrêt/dissertation…

    Donc je comprends parfaitement que le coef. multiplicateur ne soit pas 2 mais 1.8. Quand je vois quelqu’un qui a eu en L1/L2 10/11 de moyenne en France, qui revient d’Espagne avec 15 de moyennes et qui tape dès lors la mention AB sur la licence, il y a de quoi se questionner sur le l’équité du système.

  47. @Aliosha

    Les classements d’université coincent énormément sur le plan international. D’abord parce qu’on les classe selon des critères qui n’ont rien à voir (t’auras difficilement de meilleurs experts en code civil que chez nous et les latins en général, mais forcément si le classement est anglo-saxon va s’intéresser plutôt à ta capacité à former les gens au droit des affaires et à la common law t’auras l’air con). Un établissement comme SciencesPo Paris est très mal placé alors que c’est encore une sacrée carte de visite en Europe en général et en France en particulier. Le classement est surtout là pour faire des thunes avec les étudiants étrangers, et devinez qui est le pays qui exporte le plus grand nombre d’étudiants dans le monde? Bref, Shanghai, c’est money money money. Ca ne nous dispense pas d’un regard critique quant à notre système universitaire qui prend l’eau de toutes parts, mais faut relativiser un peu quand même :)
    On est pas à la rue. Et le simple fait d’avoir des cours avec des profs agrégés devrait vous le rappeler.

    Ensuite si en plus les notes entrent en ligne de compte, oui en France on est baisés… Là à l’INALCO une excellente étudiante devait partir faire de l’histoire contempo au Japon pour son Master, et on a eu des problèmes parce que forcément au département Japon une L3 glorieuse c’est 14 de moyenne… Au Japon du coup ils ont fait la moue, en voyant qu’ils avaient des étudiants anglo-saxons affichant des 18 partout. Là je pense que l’éducation est à faire dans l’autre sens: on peut pas reprocher à nos institutions de ne pas sacrifier justement ce qui fait encore la marque des établissements français. Et notez bien que les gens qui nous connaissent savent apprécier l’image et l’esprit “Frenchy”: s’ils sont trop cons pour savoir ce que vous valez avec votre 14 durement acquis, changez de crèmerie. Mais généralement les anglo-saxons – au moins eux – ne sont pas dupes, et savent que vous en avez bavé.

    Alors oui cette question de la notation est légitime. Mais je crois qu’en France elle répond à une réalité: noter large et de façon généraliser vers le haut, c’est empêcher les gens vraiment bons de récolter leurs lauriers, dans un esprit méritocrate purement français. Et dans les faits, oui, étudiants que nous sommes, nous sommes généralement plus proches du 10 que de la perfection du 20, qui reste je te le concède un tabou en France. Et pourtant, il faut bien comprendre que ce n’est pas parce qu’on est pas soi-même parmi les heureux élus que cela n’existe pas: la moyenne à l’écrit à l’agreg en histoire c’est 6, ça n’a pas empêché un pote l’année dernière d’avoir 17. Les gens qui connaissent les concours de l’éducation nationale acquiesceront j’imagine…

  48. Douceur a dit :

    Enfin, si vraiment je reçois des milliers d’emails de menace, je changerai de système.

    La 1er fois que j’ai râlé pour ça, il y a eu 2 ou 3 type pour dire qu’il n’avait même pas capté que c’était toi qui répondait. Ça n’a vraiment rien d’intuitif pour le lecteur.

  49. moSk a dit :
    Bah les notes en Fac c’est le même problème que pratiquement à tous les nivaux d’étude en France : noter au dessus de 12 dans un épreuve rédigée ça tient du miracle. Et on très largement en dehors du cadre de la vérification des connaissances, ça tient plus du test de compréhension du système de notation personnel du correcteur que d’autres choses parfois.

    Comme dit précedemment, je ne souhaite pas rentrer dans le débat concernant le système de notation des facs françaises. Le sujet initial du billet concerne l’injustice planétaire que consititue ce système de pondération des notes.

    Douceur a dit :
    Je confirme. En gros, on est noté sur 15. Ainsi donc, quand tu obtiens un 12, tu es généralement très content, alors qu’objectivement c’est une note plutôt moyenne. Enfin, cela vaut dès le lycée pour les « sciences humaines » comme les dissertations de français ou de philosophie.

    Si on en crois tes dires, étudiants restés en France ont donc un coef de pondération de 0.75.

    Douceur a dit :
    Le 9/10 était un exemple, mais il ne faut pas croire que c’est ma moyenne en Espagne. Pour le 1er semestre, je dois être à un peu plus de 7/10.

    Toi, tu as un coef de pondération de 0.9 (puisque vraiment noté sur 10 et cela inclut le handicap de la langue)

    Stop whining.

  50. ça donne envie de partir tout ça…

  51. Blondin a dit :

    Le sujet initial du billet concerne l’injustice planétaire que consititue ce système de pondération des notes.

    Wai enfin, il n’y aurait pas ce problème avec la notation en France ils n’auraient pas besoin de pondérer, ce sont deux points de vue sur le même problème.

  52. moSk a dit :

    Blondin a dit :
    Le sujet initial du billet concerne l’injustice planétaire que consititue ce système de pondération des notes.

    Wai enfin, il n’y aurait pas ce problème avec la notation en France ils n’auraient pas besoin de pondérer, ce sont deux points sur le même problème.

    Loin de moi l’idée de tout passer à la France et de refuser de voir les problèmes, mais là on se fout le doigt dans l’oeil. Il n’y a pas de problème de notation généralisé en France, et désolé que tout le monde n’ait pas son année, mais c’est comme ça. Je vous rappelle que ya 50 ans c’était la fête d’avoir son bac, et ya 1 siècle que c’était la fête d’avoir son brevet et de passer au lycée (et ne me dites pas que c’est parce que les Français sont devenus géniaux…) – de fait je me réjouis naturellement que dans certaines facs (et pas toutes pourtant) il soit encore un minimum gratifiant de choper sa licence, qui est quand même le premier grade universitaire, et qui doit rester une distinction sous peine d’emporter tout le reste avec lui.

    Après venez pas vous plaindre avec du “avec Bac+3 t’as plus rien”… SANS DEC.

  53. @moSk :
    Je pensais à un truc. Si tu fais “retour arrière” après avoir édité ton commentaire, tu ne retrouves pas avec ce que tu étais en train d’écrire ? Ça pourrait être une solution au problème de la double édition que l’on a eu tout à l’heure.

  54. moSk a dit :

    Blondin a dit :
    Le sujet initial du billet concerne l’injustice planétaire que consititue ce système de pondération des notes.

    Wai enfin, il n’y aurait pas ce problème avec la notation en France ils n’auraient pas besoin de pondérer, ce sont deux points sur le même problème.

    Les deux sujets sont tout à fait dissociables. Il existe surement un problème de notation en France mais à moins d’harmoniser tous les sytèmes de notations et tous les contenus des programmes scolaires partout de part le monde, il y aura toujours des différences sur les connaissances sanctionnées par les divers examens (et encore, sans prendre en compte le problème de la langue étrangère). Partant de ce constat, et pour qu’un diplôme soit représentatif des connaissances acquises, il faut transposer l’évaluation qui a été faite à l’étranger dans le système d’évaluation de la fac qui délivre le diplôme.

    Concernant l’exemple de Douceur, une pondération sera toujours necessaire car l’argument qu’il a avancé est le suivant : la moins grande difficulté des examens compensait les difficultés engendrées par le fait de devoir utiliser une langue étrangère.
    Quid de l’étudiant espagnol qui vient dans la fac de Douceur? Pour lui, les examens seront plus difficiles que ceux de son université avec en plus le handicap de la langue. Même si une éventuelle harmonisation permettait de transposer la note de Douceur dans sa fac en France, la réciproque ne sera pas vraie pour l’étudiant espagnol.

    Douceur :
    Il est vrai qu’en l’état, un étudiant espagnol faisant son Erasmus en France va en baver. Seulement, les étudiants étrangers que nous accueillons en France ont droit à un énorme traitement de faveur : pas de TD, des examens spéciaux, etc. Ce traitement de faveur, il n’est pas appliqué en Espagne où nous passons les mêmes examens que les nationaux, en suivant les mêmes cours, et en faisant les mêmes devoirs.
    Après, je ne connais pas tous les régimes d’étudiants étrangers de par le monde.

    Blondin
    Il y a donc de la pondération positive pour les étudiants étrangers. Trouves-tu celà anormal?

  55. L’université aurait effectivement dû vous informez, et je trouve aussi que le système de notation francaise basé sur la sanction est débile. Mais par contre je comprends leurs système d’équivalence, tout a fait justifié dans un souci d’équité avec les étudiants restés en France qui galère pour avoir 12. Je l’aurai bien mauvaise si j’étais étudiant en droit et que je voyais revenir mon pote d’espagne, tout bronzé avec 5 points de plus que moi alors qu’il a bossé 2 fois moins.

    Le problème de la langue est minime, surtout en Espagne. Et tu es sensé pouvoir suivre les cours si tu souhaites partir à l’étranger.

  56. Non la plupart du temps le champ est remis à zéro. Ça dépend des sites et des navigateurs je crois.

  57. (ici apparemment ça marche).

  58. “Après venez pas vous plaindre avec du “avec Bac+3 t’as plus rien”… SANS DEC.”

    Ah mais je suis d’accord sur ce point, le problème c’est que ce système de notes plus ou moins plafonné aboutie à des situations absurdes. En glandant tu peux accrocher la moyenne et en bossant t’auras peut être une mention, super.

  59. Je sais pas mais quand j’ai fait droit les majors, les vrais bosseurs toujours à la BU limite autistes, tournaient rarement au dessus de 14-15 (si tu veux je vais te chercher les relevés de notes d’un pote qui a fait ses 4 années en tant que major et qui a été dans les 10 meilleurs de sa prom CAPA).
    Hormis dans les options pour te choper un 18 sur une copie dans une matière majeure faut que ton papier soit bon à publier.

    Tu dis que t’as 14 de moyenne (7/10) je te pose la question est-ce que t’es major de ta prom ou presque?

    Si non, t’as 16 estime toi super heureux parce que non si t’avais fait tes études en France t’aurais jamais eu ça comme note.

    @Blondin, les étudiants étrangers sont marqués, je suis presque sur qu’il y a une bien plus grande tolérance. Perso j’ai jamais vu d’exams spéciaux.

  60. Le problème serait réglé si mosk prenait la bonne habitude de poster un comment sans revenir dessus à tout bout de champ.

  61. Fishbed a dit :

    Loin de moi l’idée de tout passer à la France et de refuser de voir les problèmes, mais là on se fout le doigt dans l’oeil. Il n’y a pas de problème de notation généralisé en France, et désolé que tout le monde n’ait pas son année, mais c’est comme ça. Je vous rappelle que ya 50 ans c’était la fête d’avoir son bac, et ya 1 siècle que c’était la fête d’avoir son brevet et de passer au lycée (et ne me dites pas que c’est parce que les Français sont devenus géniaux…) – de fait je me réjouis naturellement que dans certaines facs (et pas toutes pourtant) il soit encore un minimum gratifiant de choper sa licence, qui est quand même le premier grade universitaire, et qui doit rester une distinction sous peine d’emporter tout le reste avec lui.
    Après venez pas vous plaindre avec du “avec Bac+3 t’as plus rien”… SANS DEC.

    Le BEPC n’existait pas il y a un siècle, c’était le certif’ qui validait la lecture et l’écriture qui comptait, mais le problème était différent : une fois le certificat obtenu, il fallait travailler, seules les familles aisées pouvaient envoyer leurs enfants au lycée passer le bac. Ça se voit sur les statistiques : 10 % de taux de réussite en moins il y a 50 ans, ce n’est pas extraordinaire, c’est le nombre d’élèves qui le préparent qui a explosé en partie grâce au baby-boom (qui débarque en 68), mais aussi parce qu’aujourd’hui il n’y a pas que des bourgeois qui le passent. En bref, si on dit que le bac est aujourd’hui un diplôme au rabais, c’est parce qu’on autorise les pauvres à le passer. Mais le niveau de l’épreuve est loin d’avoir baissé — l’année où je l’ai passé il y avait la même proportion qu’en 60, et on nous disait déjà que c’était de la merde, c’est normal, on avait déjà un gouvernement de droite.

    Pour le bac+3 qui ne vaut plus rien, c’est encore un autre problème. De mon temps (ah ah ah), une licence c’était le troisième grade universitaire, maintenant, c’est le second, donc évidemment, ben là où tu cherchais du boulot à bac+2, ben maintenant c’est bac+3. Les boules pour ceux qui l’ont passé avant. Pareil pour ma maîtrise qui a tout simplement disparu, c’est génial, mais bon, passé un âge, les diplômes ne servent plus à rien.

    Le truc qui est irresponsable par contre, c’est qu’on a retiré le certificat d’études. Avant, le certificat était obligatoire pour poursuivre des études, on était sûr qu’un élève savait lire, écrire et compter. On pourrait remettre un tel système en place pour envoyer des élèves compétents au collège, mais cela mobiliserait plus d’enseignants en primaire pour encadrer les retardataires, et ce n’est pas avec les connards qui nous gouvernent en ce moment que cela sera imaginable.

  62. Fallait faire une prépa ou un IUT :)

  63. Aliocha a dit :

    Fishbed a dit :
    Loin de moi l’idée de tout passer à la France et de refuser de voir les problèmes, mais là on se fout le doigt dans l’oeil. Il n’y a pas de problème de notation généralisé en France, et désolé que tout le monde n’ait pas son année, mais c’est comme ça. Je vous rappelle que ya 50 ans c’était la fête d’avoir son bac, et ya 1 siècle que c’était la fête d’avoir son brevet et de passer au lycée (et ne me dites pas que c’est parce que les Français sont devenus géniaux…) – de fait je me réjouis naturellement que dans certaines facs (et pas toutes pourtant) il soit encore un minimum gratifiant de choper sa licence, qui est quand même le premier grade universitaire, et qui doit rester une distinction sous peine d’emporter tout le reste avec lui.
    Après venez pas vous plaindre avec du “avec Bac+3 t’as plus rien”… SANS DEC.

    Le BEPC n’existait pas il y a un siècle, c’était le certif’ qui validait la lecture et l’écriture qui comptait, mais le problème était différent : une fois le certificat obtenu, il fallait travailler, seules les familles aisées pouvaient envoyer leurs enfants au lycée passer le bac. Ça se voit sur les statistiques : 10 % de taux de réussite en moins il y a 50 ans, ce n’est pas extraordinaire, c’est le nombre d’élèves qui le préparent qui a explosé en partie grâce au baby-boom (qui débarque en 68), mais aussi parce qu’aujourd’hui il n’y a pas que des bourgeois qui le passent. En bref, si on dit que le bac est aujourd’hui un diplôme au rabais, c’est parce qu’on autorise les pauvres à le passer. Mais le niveau de l’épreuve est loin d’avoir baissé — l’année où je l’ai passé il y avait la même proportion qu’en 60, et on nous disait déjà que c’était de la merde, c’est normal, on avait déjà un gouvernement de droite.
    Pour le bac+3 qui ne vaut plus rien, c’est encore un autre problème. De mon temps (ah ah ah), une licence c’était le troisième grade universitaire, maintenant, c’est le second, donc évidemment, ben là où tu cherchais du boulot à bac+2, ben maintenant c’est bac+3. Les boules pour ceux qui l’ont passé avant. Pareil pour ma maîtrise qui a tout simplement disparu, c’est génial, mais bon, passé un âge, les diplômes ne servent plus à rien.
    Le truc qui est irresponsable par contre, c’est qu’on a retiré le certificat d’études. Avant, le certificat était obligatoire pour poursuivre des études, on était sûr qu’un élève savait lire, écrire et compter. On pourrait remettre un tel système en place pour envoyer des élèves compétents au collège, mais cela mobiliserait plus d’enseignants en primaire pour encadrer les retardataires, et ce n’est pas avec les connards qui nous gouvernent en ce moment que cela sera imaginable.

    Ha oui excuse moi, le certificat. Faut que je me refasse mon Pagnol.

    La hausse des effectifs est bien sûr un argument recevable pour le bac, mais il faut bien reconnaître que le niveau général a baissé: j’ai des amis, très bons amis au demeurant, qui ne seraient jamais passé à travers les mailles du bac d’antan avec le français écrit qu’ils ont. De nos jour on entre en Hypokhâgne en faisant des fautes à toutes les phrases. Ce n’est pas un pamphlet à leur égard, c’est une critique à l’égard du secondaire qui ne fait plus son travail. Je ne comprends pas pourquoi le collège reste à l’heure actuelle l’un des moments les plus critiques de la scolarité, et pourtant celui qui semble le plus négligé par les réformes.

  64. Alors pour le niveau en français, je ne sais pas. Le problème vient plus de la primaire je crois. Mais bon, quand tu vois sur certains forums le niveau en français de nos séniors, tu te rends compte que ça s’oublie vite après le bac :)
    Par contre, question sciences, c’est beaucoup plus balaise, non ? Quand tu penses à toutes les découvertes qui ont été faites et que tu étudies au lycée — les bases de la génétique, de la neurologie, de l’immunologie —, mais qui n’existaient pas avant. Et en plus, aujourd’hui, je suppose que l’informatique devient obligatoire.

  65. J’ai pas trop de craintes pour le Bac S, je m’inquiète pour ma crèmerie là comme tu le vois ^^
    Mais même les scientifiques ont parfois des sacrés problèmes en français – personne pense que ça devrait faire partie du bagage DE BASE de tout le monde ça? Encore une fois j’accuse pas le propriétaire du bagage, le problème se situe au niveau de celui qui fabrique les valises…

  66. Juste un mot sur les systemes de notation hors de france (surtout vrai pour les US) : tu payes tes etudes, tres cher, je pense que le client doit donc en avoir pour son argent.

    Et pour le classement de Shangai, en science ils regardent les publications des gens qui travaillent dans les Universites. Sauf qu’ils ne tiennent pas compte du moment ou ils ont publie, et ou ils etaient quand ils ont publie.

    My 2 cents.

  67. Fallait pas aller étudier dans le 95, c’est le département de Morsay.

    Douceur :
    En même temps, j’habite dans le 95, alors…
    Et Morsay, je n’en avais jamais entendu parler.

  68. Marrant, j’étais étudiant en Espagne l’année dernière – à Grenade justement – et je n’ai jamais entendu parler de cette harmonisation à la baisse. Parmi les français que je connaissais, pratiquement la totalité venait d’écoles de commerce et d’écoles d’ingénieur ; aucun n’était concerné et je n’en ai pas entendu parler auprès de ceux venant de fac françaises (LEA ou LLCE). Je connaissais d’ailleurs une fille de Cergy en droit, j’imagine qu’elle ne devait pas être au courant.

    Pour ma part, j’étais en double-diplôme (Juan Carlos approved = WIN) donc logé strictement à la même enseigne que les espagnols. Pas d’harmonisation des notes, je n’ai jamais été floué ou favorisé par rapport à un espagnol lambda : je n’avais d’ailleurs même pas la possibilité de choisir mes cours, la liste des modules ayant été décidée par convention entre les deux écoles.

    J’en profite pour dire que les études supérieures sont loin d’être une blague en Espagne. Il est évidemment stupide d’établir des généralités, vu le nombre d’universités, de filières, de modes d’examens, etc. Rien qu’à Grenade, j’ai bien vu à quel point la fac de lettres et de philosophie était nulle à chier, de même que celle de sociologie et sciences politiques. Tous les étrangers validaient les modules haut la main, parfois sans savoir aligner 5 mots à l’oral en espagnol (d’ailleurs, presque tous les anglais et américains que je connaissais étaient dans cette fac). En revanche, la situation était bien différente en pharmacie et en sciences économiques. Grenade est d’ailleurs relativement bien côtée en Espagne, se situant toujours dans le premier tiers (sur une 50aine d’universités) au vu des classements que j’ai pu voir. D’ailleurs en faisant une recherche à l’instant je tombe sur un classement publié en mai 2009 par l’université de la Complutense à Madrid, donnant à Grenade la 3è place pour l’enseignement (“docencia”) et la 7è au général : http://www.elpais.com/static/portadas/mapa/universidad.html#
    Aucune idée de ce que ça vaut, mais il est certain qu’avec 75 000+ étudiants, on peut difficilement établir que “c’est bien” ou que “c’est pas bien”. D’où ma conclusion très fine : on s’en fout des classements.

    Pour finir j’étais au Royaume-Uni cette année (pas comme étudiant), et j’ai souvent entendu parler d’harmonisation pour les étudiants français. Je ne sais plus à partir de quels coefficients, mais je sais que les notes étaient revues à la baisse et que ça faisait enrager tous les étudiants. Faut dire, il ne s’agissait pas des meilleures universités, loin de là, et les étudiants concernés validaient tous leurs modules sans aller en cours et en rendant des essais faits à l’arrache, souvent la veille. Avec 6h de cours par semaine et des cours intégralement sur l’Intranet de l’Uni qui dissuadent de se bouger le cul, pas étonnant que le niveau soit si faible. En tout cas je pense que dans ce cas l’harmonisation à la baisse était justifiée.

  69. Ca marche pas par credit ECTS ( ou un truc du genre erasmus ) ?

    Quand j’ai fait ma derniere annee d’ecole d’inge en Irlande, c’etait sur ca qu’ils se basaient pour valider ou pas l’annee ( enfin fallait valider tous les modules quoi ). En meme temps, la moyenne sert a rien pour nous du moment qu’on valide l’annee.

    Sinon ca me parait normal que tu sois pondere comme ca. Si tous les eleves qui partent en Espagne se tapent une pure moyenne ( sur 10 multipliee par 2 faut le rappeler ) c’est logique que ca soit pondere…

    Et l’excuse de la langue … hur-hur

  70. Pour moi, rien que le système de foutre une note à quelqu’un revient à placer l’individu en question dans une case pour que des blaireaux te considèrent ou pas.

    Je gerbe sur le système scolaire tant qu’il ne sera pas remis en cause sérieusement et qu’on n’aura pas – enfin – une réalité entre le terrain et des “cas d’école”.

    Ah, je voulais aussi ajouter qu’entre un matheux über++ et un artiste passionné, notre putain de société continue de trouver normal que le matheux se fasse plus de tune, soit mieux considéré que le gars qui fout ses tripes 24/24 dans son taf (c’est une image, les gars, hein, j’ai pas dis que le matheux savait rien foutre et était bon à rien, je précise). Ben c’est peut être naïf, con ou tout ce que vous voudrez, mais moi ça continue à me foutre les boules ce genre de trucs.

    Voilà je redeviens calme, promis…

  71. Juste au passage, j’ai oublié de préciser un truc aussi, avant de me faire pondérer la tronche j’avais décidé avec ma responsable d’échange (qui était ma prof de grammaire et de trad donc qui connaissait mon niveau) des cours que j’allais suivre. J’étais parti sur plus de cours que ce que j’ai finalement pris mais elle m’a dit “attention généralement les étudiants choisissent 4 ou 5 cours parce qu’un cours aux US demande beaucoup de temps a la maison, beaucoup plus qu’en France etc…” j’ai donc réduit mes cours mais pris des niveaux 3xx vu que j’étais en 3eme année de licence. Pour info aux US un cours de 1ere année aura la dénomination 101 pour le plus facile 110 pour un peu plus dur, 12x encore plus dur etc, les cours de 2eme année 201, 210… Là on m’a dit, prend des cours 2xx c’est plus adapté. Quand j’ai écrit mon courrier pour protester on m’a dit “fallait prendre plus de cours ou des cours plus dur. Ça fait toujours plaisir.

  72. Oh ne nous inquiétons-pas, bientôt tout le monde écrira comme une merde, vu comment ça évolue: http://eco.rue89.com/2009/06/25/un-problaime-dortografe-sa-empech-pa-detre-emboche

  73. Et là vous me direz, il reste un cratère….

  74. est-ce que quelqu’un connait une personne qui a passé une année a cadix? j’y pars une année faire mon master 1 de droit et j’aurais bien voulu avoir des renseignements..
    merci de m’écrire à cette adresse si vous pouvez m’aider : hualrech@hotmail.com

    Douceur :
    Je peux juste te dire que c’est une sacrément jolie ville. Par ici, quelques photos prises par mes soins.

  75. Y parait qu’à Cadix les filles sont pas faciles.

  76. Ce qui est regrettable, c’est le manque de transparence et l’arbitraire généralement pratiqué dans ces « harmonisations ».
    Si pour les besoins de faire ressentir, en quelque sorte, une égalité avec les étudiants demeurés en France (bien que ces derniers disposent de l’avantage des matières étudiées pour la suite de leur cursus alors que d’autres matières pas forcément pertinentes pour le cursus le sont par les Erasmus) il faut brider les notes de ces mauvais coucheurs qui partent à l’étranger, soit. Que ce soit au moins fait avec raison et transparence.

    Cette harmonisation pose néanmoins un problème majeur : Quid des étudiants tangents ?

    En effet, si beaucoup d’étudiants se distinguent en Erasmus par des notes bien supérieures à celles qu’ils pourraient attendre de leurs professeurs français (dont l’avarice en la matière pourrait faire l’objet d’un autre débat), certains, que ce soit par paresse ou bien par difficulté à passer la barrière de la langue ou encore de s’adapter à des méthodes d’enseignement différentes, ne valident leur année dans leur institution d’accueil qu’avec une note minimum. Comment « harmoniser » dans ce cas ? Car si on part du principe que l’étudiant qui a 18 se voit donner un 16, celui qui a un 11 devrait de voir donner un 9… et donc échouer. Comment échouer en France alors que l’on a réussi à l’étranger ? Inadmissible au regard des conventions Erasmus !

    C’est là qu’un arbitraire et traitement inégalitaire est pratiqué. Que ce soit au moyen d’une note maximum, d’un barème à taux dégressif en fonction de la note, ou plus simplement d’une estimation « à la louche », les meilleurs moyennes sont rabaissées et les plus basses maintenues voire (dans certains cas) remontées. Ce qui est dangereux pour l’avenir des programmes Erasmus. En effet, on connaît la réputation (un peu exagérée certes) d’Erasmus qui montre les étudiants, où qu’ils émigrent, fréquenter plus les bars ou autre pubs que les bibliothèques universitaires. Néanmoins, ce système pénalisera ici l’étudiant qui aura, par qualité intrinsèque, et/ou par un travail certain, réussi, par rapport à celui qui aura joué au fils prodigue et négligé ces études ou bien tout simplement pas été au niveau. Qu’est ceci sinon l’éloge de la médiocrité sur la réussite ? Dès lors, comment justifier de la valeur de son diplôme face à un employeur qui, contrairement à ce que j’ai pu lire ici, demande de plus en plus fréquemment aux candidats, copie de ses relevés de notes aux examens.

    Quant à l’argument sur la valeur comparée des universités, je pense qu’il s’agit, là encore, de la responsabilité de l’université : si l’université étrangère ne correspond pas à ses standards, pourquoi signer une convention Erasmus avec elle ?

    Je ne cherche pas à faire ici le procès de l’université à la française, mais simplement de montrer les failles d’un chauvinisme quelque peu mal venu. Dès lors que l’on propose des échanges avec des universités étrangères quel qu’ils soient. Il s’agit d’accepter ses différences, et par tant, le fait qu’ils ne sont pas comparables et dès lors valider les notes telles quelles.

    En effet, pourquoi ne pas plutôt faire figurer sur le relevé de note d’équivalence « notes obtenue dans le cadre d’un échange Erasmus à nom de la ville (nom du pays) » plutôt que d’y appliquer un système bancal, inégalitaire et incompréhensible sous prétexte que « c’est pas pareil là bas : ici on est plus exigeants/sévères/méchants/… », excuse quelque peu sectaire à l’aune de l’Union Européenne et puisque, je le rappelle, les universités peuvent choisir de ne pas envoyer leurs étudiants dans les universités qu’elles ne jugent pas suffisamment bonne ?

    Ouh là, j’ai été bien long moi, merci à ceux/celles qui auront eu le courage de me lire…

    Douceur :
    J’ai tout lu, et je ne peux qu’approuver tous tes dires. Le plus énervant, ce n’est pas l’abaissement des notes en soi, mais la manière dont il est amené : sans prévenir, et sans aucune légitimation. Au final, les universités françaises signent des conventions d’échanges internationaux, mais ne les assument pas. Et ça, c’est plutôt triste.

  77. Salut, je voulais savoir un truc, tes notes ont été retranscrites “à la française” mais ont-elles compté dans ta moyenne de Licence ?

    • Ouh là, tu fais ressurgir un vieux billet. Finalement, je m’étais quelque peu emporté puisque nos notes ont été retranscrites sans pondération, ce qui m’a donné un petit peu plus de 16 de moyenne pour l’année. En revanche, je ne sais pas si elles ont compté dans ma note globale de licence puisque avec ou sans j’avais de toute façon la même mention (bien, de mémoire).

      • Salut ! :)
        Merci pour ta réponse ! A priori, maintenant les notes ne comptent pas et seules les notes de la L1 et L2 comptent..
        Merci encore !

Ne trollez qu'avec modération. Merci.

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

w

Connecting to %s

%d bloggers like this: